samedi, février 11, 2017

Des promesses perturbées de Jupiter


L’examen des convulsions politiciennes nationales et internationales de ces derniers mois, par le biais des thèmes astraux des individus de pouvoir qui animent l’actualité de leurs ambitions, souligne les liens remarquables entre le succès et Jupiter transitant le signe de la Balance. Que, dans le cadre matériel et social, Jupiter s’associe à la prospérité, aux rencontres propices, aux opportunités favorables et à nombre de plaisantes gratifications, nous le savons depuis toujours, car ainsi que le résuma l’excellent maître Eckart, « Jupiter favorise ». 

Cependant, si le roi du ciel promet, il ne délivre pas toujours, ou encore ses victoires n’apportent pas forcément les joies escomptées, voire même se transforment étrangement, quelquefois, en défaites. C’est qu’il ne peut complètement effacer les conditions originelles enfouies ou oubliées, les mobiles cachés, les actes passés qui nous rattrapent et deviennent causes de circonstances brusquement adverses. Majoritairement dues à Saturne et aux noeuds lunaires, ces perturbations rendent les prévisions astrologiques fort complexes. Sans entrer dans ce type d’exercice, essayons de comprendre un peu les rouages et les engrenages qui prévalent à l’élévation comme à la chute, les deux n’étant pas toujours très éloignées l’une de l’autre. 

Jupiter

C’est un fait, la faveur de Jupiter ne se dément jamais : Vladimir Poutine à qui tout semble réussir, le voit transiter sur son amas Soleil/Saturne/Neptune/Mercure en Balance en douzième maison (le secret). Cette configuration renforce sa capacité déjà marquée à influencer le monde par la force, cet amas natal étant soutenu par Mars et par Pluton, les puissants maîtres de l’ascendant Scorpion (le comportement), mais aussi de le manipuler par des manoeuvres secrètes (la XII). Remarquons d’ailleurs qu’Uranus (l’informatique), transite sa maison VI (les serviteurs), en opposition à son Mercure (la ruse) et à son Neptune (la propagande et les dissimulations). (1)

C’est beaucoup à Jupiter que Donald Trump doit son triomphe de novembre. Le roi du ciel lui offrit une remontée spectaculaire dès qu’il quitta la Vierge pour la Balance, s’approchant ainsi de son excellente position natale, propice il est vrai à toutes les entreprises.  

Alors qu’il stagnait dans les sondages aux primaires de la droite, François Fillon rattrapa ses adversaires puis les dépassa en trombe pour l’emporter haut la main : Jupiter en Balance transitait sur son AS, une configuration très propice à l’expansion du « moi ». 

Suivant cette logique, Marine Le Pen a ses chances de l’emporter :  situé à 4° à peine de celui de François Fillon, son AS reçoit Jupiter en mai (à moins de 1°d’orbe le 7 mai). Si la rétrogradation le rend un peu moins favorable, il est difficile de ne pas croire les sondages qui la voient présente au premier tour dans tous les cas de figures. Et qui sait si, comme on le pense à l’étranger, bien des français ne sont pas dans le déni d’un possible succès de sa part pour le second?  


Saturne 

Qu’il s’agisse de configurations natales ou de transits, Saturne peut couper l’herbe sous le pied de Jupiter, frustrant ainsi le sujet d’une victoire qu’il croyait acquise. Alain Juppé nous en a offert un bel exemple : il caracolait en tête du peloton quand Jupiter transitait la Vierge, sa position au natal, dessinant de jolis aspects sur son thème. La chute fut soudaine lorsque arrivé en Balance, Jupiter transita au carré de son Saturne à l’AS. 

Hillary Clinton perdit toute son avance sur son adversaire quand Saturne entama un carré à sa Lune. Certes Donald Trump vit Saturne s’approcher de la conjonction à ce même astre, mais Jupiter bien plus puissant dans son cas fit la différence. Il perdit le vote populaire de près de 3 millions de voix, Saturne lui attirant l’antipathie d’une majorité d’électeurs, mais Jupiter (la chance dans ce contexte), lui fut propice jusqu’au bout. 

Saturne indique clairement en ce moment même, la terrible baisse de popularité de François Fillon : son enlisement dans le Pénelope-gate correspond au transit de Saturne au carré de sa Vénus, maîtresse de l’AS, indiquant une image personnelle ternie et la perte de l’estime, voire de l’affection d’une bonne partie de ses soutiens. Ajoutons qu’au natal Saturne est au trigone du Soleil et Jupiter à son carré, ce qui offre une double nature rendue très visible en ce moment : la probité saturnienne souillée par la gourmandise jupitérienne (2)  


Les noeuds lunaires

Tout aussi important en tant qu’élément perturbateur est l’axe des noeuds lunaires, lié aux soubresauts de la destinée. Si comme on vient de le constater Saturne est très présent dans les ennuis de François Fillon, c’est le transit de Ketu sur sa Lune et son Mercure qui est à blâmer en ce qui concerne les circonstances adverses. Ketu en Cancer, le signe de la Lune, culmine dans son thème, évoquant autant la réussite que la chute spectaculaire, situation qui fait écho à la configuration actuelle. Quant à la conjonction Ketu/Mercure elle signifie entre autres : « Épreuves associées à la santé, à la communication, à des indiscrétions, à des choix compulsifs, à de mauvaises décisions, à la superficialité, à une certaine malchance que l’on provoque soi-même. On joue souvent contre son camp ». (3).  

Si Donald Trump est de son coté bien installé aux commandes du pouvoir, tout reste possible, même si Jupiter continue à le soutenir : Saturne qui stationne sur sa Lune et s’oppose à son Soleil se tient en embuscade et ainsi qu’expliqué dans Donald Trump et l’obscurcissement, le transit actuel de Rahu sur son AS, puis sur son Mars tout au long de cette année, laisse présager de possibles bouleversements dont un attentat n’est pas à exclure. Ketu transitant simultanément le DS, les difficultés pourraient venir de ses associés proches ou encore de son épouse. 


La suite ?

Cette grille de lecture simplifiée n’éclaircit pas tout, loin de là. François Fillon n’est peut-être pas à enterrer tout de suite, Ketu s’éloignant de son Mercure en mai et Jupiter revenant en force sur son AS. Par contre, Saturne reste tout ce temps au carré de sa Vénus, indiquant qu’il lui sera extrêmement difficile de rétablir son image dans l’esprit des électeurs.  

Si au mois de mai Marine Le Pen bénéficie d’un excellent Jupiter et d’une Vénus (maîtresse de son AS), approchée par Rahu (configuration positive uniquement à court terme, avec des germes de trahison et d’insatisfaction), Saturne à 5° de sa Lune indique une possible déception. Le tout indique de fortes transformations dans le cadre de l’image et du comportement.

Etoile montante indiscutée de ces élections, Emmanuel Macron bénéficie en mai d’un transit de Jupiter sur son Pluton (montée de pouvoir, soutiens puissants), à 4° de son Rahu, ce qui indique un possible cadeau de la destinée (4). Saturne très proche de sa conjonction Soleil/Mercure n’est pas forcément négatif, indiquant la réalisation d’une ambition poursuivie depuis de nombreuses années. Rahu enfin transite le maître de l’AS (Saturne), comme dans le cas de Marine Le Pen. 

Si Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent au second tour, le combat pourrait être rude…. Une façon de tenter de les départager est d’observer les thèmes de leurs conjoints respectifs, toujours dans le même cadre Jupiter, Saturne et noeuds.

En mai le compagnon de MLP, Louis Aliot, montre un Saturne conjoint à son Mars et opposé à sa Lune, ce qui n’est pas très favorable. Les noeuds ne dessinent rien d’extraordinaire, ce qui surprend chez quelqu’un qui pourrait devenir le premier Monsieur de France. Seul bon point le concernant, Jupiter, qu’il a lui aussi en Balance (!) et qui transitera à 6° du sien début mai. 

Brigitte Macron est en bien meilleure position, avec Rahu toujours proche de son AS, indiquant de profonds changements dans l’image du moi. Saturne au trigone de son Soleil et de sa Vénus montre une possible concrétisation de projets construits sur le long terme et Uranus en conjonction avec ces deux astres, indique une destinée profondément changée, voire bouleversée. Jupiter opposé à sa Lune est aussi marquant, même s’il indique des besoins sécuritaires. Ses problèmes sont Saturne au carré de son Mercure (possibilité de mauvais choix) et les répercussions de l’axe des noeuds sur son axe AS/DS : il n’est pas certain que son couple résiste à une éventuelle victoire de son mari. 


(1) Vénus en première maison (le moi), dominant la XII (l’ennemi secret), Vladimir Poutine pourrait bien finir par se tirer une balle dans le pied malgré tout, spécialement par l’intermédiaire de la VII (les associés), que Vénus maîtrise également. Le transit de Jupiter sur son Neptune est en ce sens problématique, poussant à accorder sa confiance à des gens qui ne la méritent pas. 

(2) Cette double relation au Soleil indique un conflit entre la nature jupitérienne et la nature saturnienne, « analogue » à un carré entre les deux astres dont on dira entre autres significations : « Des difficultés naissent d’un défaut de rigueur (Saturne déficient) ou d'honnêteté (Jupiter déficient). (….) Les efforts ne paient pas toujours ou les réussites sont suivies de revers ou de contretemps ». L’astrologie et la mécanique de la pensée (Jupiter en aspect tendu à Saturne) 

(3) L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires)

(4) Qu’il faudra rembourser avec intérêts par la suite car les cadeaux de Rahu, liés à l’attachement, à l’anxiété et à l’insatisfaction sont empoisonnés. 



mercredi, janvier 25, 2017

Donald Trump et l'obscurcissement



Donald Trump né le 14 06 1946 à 10h54 Jamaica NY, USA


L’élection de Donald Trump est symptomatique d’un obscurcissement de « l’esprit du temps » (1), c’est-à-dire du climat intellectuel et culturel de notre époque : peut-être est-ce lié à ce qu’il soit né quelques heures avant une pleine Lune éclipsée? Son thème expose une conjonction très serrée de l’axe des noeuds lunaires avec l’opposition de la Lune au Soleil. Les deux luminaires, en charge des orientations fondamentales et des idéaux (le Soleil), ainsi que des préoccupations mentales, de la mémoire et de la recherche de la sécurité (la Lune), sont assombris, contractés, tourmentés et attirés loin de la quête du héros solaire.

Pour désamorcer cette configuration, une orientation philosophique prononcée est indispensable, laquelle serait « a priori »envisageable, Jupiter indiquant de réelles opportunités d’expansion mentale. Mais quoique possible, ce scénario tend à l’improbable vue l’extrême incidence des noeuds lunaires, d’autant que ceux-ci sont également associés à Uranus (conjoint au Soleil), ainsi qu’à Pluton et Vénus (par le jeu des parallèles de déclinaison). 

Rappelons que
- « Les nœuds lunaires pourraient s’appeler les nœuds de la pensée car ils contractent, obscurcissent et obsèdent (….) 
- Indissociables du petit luminaire qui représente les strates successives de la pensée, les nœuds sont comparables à des éclipses mentales. Là où ils sont situés, le flux lumineux qui normalement irrigue, illumine et régénère est interrompu ». (2)

On répondra qu’ayant considérablement accru la fortune familiale amassée par son père et son grand-père et réussit à se faire élire président des Etats-Unis, il ne s’en tire pas si mal. Mais il existe un abîme entre la réussite sociale et la réalisation de soi, le même peut-être qui se creuse entre l’insatisfaction (Rahu) qui le ronge et la paix du coeur. Le problème reste que les complexités de ce thème natal, risquent d’affecter la planète toute entière.   


Mars au lever, la partie émergée de l’iceberg

Mars possède une visibilité flagrante, car positionné à l’ascendant il soumet le comportement à un caractère impulsif, colérique, querelleur, violent envers lui-même (l’AS) et envers les autres. Son demi-carré à Mercure (la communication), s’illustre par l’art de polémiquer agressivement, par les réactions à vif et par la tentation rarement maîtrisée de réfléchir avant de s’exprimer.

Ce comportement marsien, bruyant et autocrate, n’est jamais que le sommet de l’iceberg. Ce sont les éclipses mentales, les obscurités tourmentées et insatisfaites de la pensée, des pulsions et des émotions qui le font ainsi rugir.

Aspectant harmonieusement le Soleil et la Lune, Mars n’est pas sans lui offrir la vitalité, l’énergie et l’impétuosité, le sens de l’action et de l’entreprise, l’autorité servie par une inébranlable confiance en soi. Il pourrait même, bien orienté, manifester sa meilleure nature qui est le déploiement de l’esprit chevaleresque. Le sens du commandement et de la stratégie lui permettrait alors de combattre pour une cause juste, d’initier des projets altruistes et de les réaliser, ce qui irait dans le sens de son excellent Jupiter (la justice).

Mais parce que soumis aux obscurités du thème que nous allons explorer, ce Mars trop puissant indique visiblement que : « La témérité, la contraction mentale, l’impatience, l’impulsivité et la colère, le désir d’imposer sa volonté à la destinée et la sexualité exigeante affectent le comportement (…) ». (3)

Il reste que l’astre rouge offre, ou non, à Donald Trump la possibilité de conquérir (4) son libre arbitre, car Mars ne connaît la rédemption que dans le service, alors que captif de l’intérêt personnel il ne peut être que destructeur. 


L’imbroglio des noeuds lunaires

Les nombreuses implications de Rahu et de Ketu donnent la mesure d’une destinée autant marquée par les réussites sociales et matérielles hors norme, que par des secrets, des assombrissements et des tourments intérieurs. La compulsion (Ketu), l’anxiété, la colère et principalement l’insatisfaction (Rahu), sont très présentes chez cet homme né et élevé dans l’opulence, qui a réalisé nombre de ses fantasmes, mais qui reste étranger à la sérénité, à des années-lumière du calme de la pensée et de la joie véritable. 

C’est qu’il n’est pas simple d’avoir le Soleil, la Lune, Uranus, Vénus et Pluton (5) associés à Rahu et à Ketu, sans compter toutes les interactions mutuelles : ces astres voient leurs facettes sombres déborder de tous cotés, malgré sans doute de vrais désirs de lumière. 

Ainsi le Soleil, conjoint à Uranus et au trigone de Jupiter tend initialement vers la générosité, l’humanisme (Uranus) et la justice (Jupiter), mais Rahu indique que :  « La volonté de droiture et la noblesse solaire sont ternies par des secrets et des dissimulations (….) avec des conséquences négatives sur la réputation et l’estime de soi ». (6) 

On reconnaît ici le rôle du père (le Soleil) choisi comme modèle. Fred Trump, un promoteur sans scrupules inquiété pour diverses malversations et sans doute un ancien membre du Ku-Klux-Klan, fut associé au pouvoir et à la domination (Pluton), aux machinations (Rahu), aux secrets familiaux (Ketu), à l’autoritarisme (Uranus) et à la réussite (Jupiter). Egalement liée au père, le parallèle Soleil/Vénus souligne particulièrement le désir d’approbation qui constitue un mécanisme important de ses orientations.  

A moins d’un degré de Ketu, la Lune décrit une enfance particulière. Être fils de millionnaire n’est pas forcément un « bon karma ». Cet aspect évoque un stress mental intermittent, des mémoires cristallisées d’évènements et/ou d’atmosphères sombrement ressentis, ainsi que des préoccupations secrètes rendues intenses et obsessionnelles par le parallèle Lune/Pluton. Ainsi assombrie, malgré la droiture naturelle au Sagittaire, les relations avec les femmes sont négativement marquées. Les problèmes plongent directement leurs racines dans le milieu familial (Lune/Ketu en IV), avec de possibles influences héréditaires (Fond du Ciel en Scorpion). 

L’on s’interrogera à ce sujet sur l’influence de sa mère, une émigrée écossaise qui connut la pauvreté dans sa jeunesse et travailla plusieurs années comme domestique avant d’épouser Fred Trump. Peut-être était-elle en ce qui la concerne droite et honnête (Sagittaire), mais malgré tout soumise, par intérêt, à sa nouvelle famille « plutonienne ». Déjà tourmentée par les noeuds (relation à la mère insatisfaisante, épreuves traversées pendant l’enfance) et Pluton (caractère obsessionnel de la pensée), la Lune au quinconce de Saturne, évoque des insécurités vécues très jeune, des mémoires figées et des peurs profondément enracinées. La sécurité affective sera ainsi recherchée plus tard chez Vénus, expliquant l’addiction à la sensualité chez un homme qui par ailleurs ne fume ni ne boit (ce qui est typique de l’influence de Ketu). 


Pluton, le règne du secret

 Pluton au parallèle des noeuds indique que : « La soif d’expériences et de jouissances matérielles est favorisée, mais jamais étanchée et cause d’insatisfaction. On y voit des menaces de fréquentations nocives ou dangereuses, de goût du secret et de l’exercice de la domination, de compulsions vers la puissance, l’enrichissement, l’obscurité, la domination et l’intensité (…). La jalousie, la frustration, la crainte, l’autodestruction, la haine de soi tourmentent le moi ».(7)

Le thème d’un homme extrêmement riche et puissant nécessite en général l’intervention de Jupiter (les opportunités, l’expansion, les soutiens familiaux), ou de Rahu (les « cadeaux » de la destinée) ou encore de Pluton (les puissances financières, le pouvoir, l’obscurité). Donald Trump a les trois à sa disposition. 

Pluton agit dans l’ombre de la maison XII, le caché, l’ennemi secret, mais également le mal que l’on s’inflige à soi-même: au parallèle et au demi-carré du Soleil maître de l’AS Lion, il évoque l’autodestruction vécue comme un corruption de la lumière solaire déjà assombrie par les noeuds lunaires. 

Pluton maîtrise le Fond du ciel en Scorpion, évoquant ici une famille qui favorise le pouvoir et l’enrichissement sur la droiture. Cela n’est pas sans provoquer de graves conflits intérieurs à cause de Jupiter (la justice), maître de la Lune (la mère), en Sagittaire (le jugement), nourrissant à nouveau les rugissements de Mars. 


Uranus et ses tentations

L’uranien, chez Donald Trump se reconnaît à de multiples caractéristiques, entre autres la volonté de se démarquer des camps et des partis, de prendre plaisir à se dresser seul contre tous et d’aller, stratégiquement parlant, droit au but en usant de façon efficace des moyens de communications technologiques les plus modernes. Les significations de la conjonction Uranus/Rahu (8) résument assez bien les orientations contradictoires :  
« Volonté d’accomplir une mission, de vivre une destinée hors du commun (….) Goût de la domination, autoritarisme, radicalité et indépendance excessive. » 
Ainsi, « Des sommets sont brusquement côtoyés mais la chute peut s’avérer tout aussi soudaine », d’autant qu’un « mental iconoclaste, radical, électrique et brusque dans ses choix et ses orientations provoquent des épreuves et des difficultés relationnelles. »  (9) 

Uranus est l’astre de l’éveil. Une de ses fonctions est de se débarrasser des structures sclérosées afin de laisser la place à de nouvelles idées et de nouveaux moyens d’action. Sa puissance incontrôlée, ce qui est le cas ici, le rend dangereux, surtout quand Pluton le corrompt : les idéaux humanistes sont minés par l’intérêt personnel et le goût de la domination. Les principaux défauts de l’astre, qui sont la certitude d’avoir raison et l’autoritarisme prennent alors le pas, persuadant le moi d’être génial et investi d’une mission. 

Le problème provient pourtant d’un manque d’intelligence, car Uranus n’éveille vraiment que lorsque le moi comprend que les changements extérieurs se doivent d’être des aboutissements de profondes transformations intérieures. Si cette clarté ne se fait pas, l’uranien, de « révolutionnaire », se transforme invariablement en dictateur. Les institutions américaines empêcheront sans doute une telle évolution, mais les dégâts pourraient être importants, car le nouveau chef de l’Etat le plus puissant du monde est bien trop marqué à la fois par Mars (la brutalité du comportement) et par Uranus (l’autoritarisme et le fanatisme). On comprend l’admiration mêlée d’envie qu’il porte à Vladimir Poutine, dont la liberté d’action est bien plus vaste. 


Vénus, de l’importance du plaisir

Puisque la Lune est captive de Saturne et de Ketu, dans le sens où l’affectif est mal vécu pendant l’enfance, Vénus prend le relais, accordant une importance particulière à la poursuite du plaisir, recherché dans le luxe et la sensualité. 

Sa maîtrise du Milieu du Ciel (l’élévation) et la complexité de ses aspects indiquent comment les craintes et les dépendances affectives, la gourmandise, l’ambition, l’enrichissement, la quête de d’approbation et la recherche globale du plaisir sont inextricablement associés. 

Son parallèle à la Lune (le mental), imbibe la pensée de mémoires et d’anticipations liées aux sensations de plaisir. Cette pensée que nous avons vue obsessionnelle encourage le besoin accentué d’expériences (Vénus/Rahu). Elle alimente une quête affective (la sentimentalité, la nécessité de se sentir aimé), indissociable de l’avidité sensuelle et du luxe (parallèle aux noeuds et carré à Jupiter). 

Son lien à Uranus implique une détestation de la routine, une permissivité et un désir d’exaltation permanent libéré des contraintes morales, ce qui va à l’encontre de sa conjonction à Saturne qui favorise plus la sécurité affective dans le cadre du couple et de la famille. Cette contradiction entraine des situations sentimentales complexes et parfois dissimulées qui empoisonnent la destinée. 

Jupiter au carré de Vénus et de Saturne amplifie le désir d’amour et de jouissance et se heurte au besoin de structures (les mariages), provoqué par la poursuite de la sécurité que nous avons vue associée à la Lune ainsi qu’une crainte marquée de la souffrance affective (Vénus/Saturne). La vie sentimentale s’en retrouve soumise à des situations d’étouffement et de dépendance, alors que simultanément la poursuite compulsive du plaisir, une éventuelle addiction sexuelle et le désir compensatoire d’être aimé affectent la destinée. 

Le parallèle de Vénus à Rahu accroît la popularité et la prospérité, de même que la facilité à manipuler, le goût du luxe et de la vie facile, d’autant que Donald Trump n’a jamais manqué de moyens. Ce même aspect pourtant montre que malgré de nombreuses gratifications, l’attachement (Rahu) au plaisir (Vénus) s’accompagne d’une insatisfaction marquée : quoiqu’il fasse ou réalise, il ne peut-être satisfait, ce qui va de pair avec la puissance de Rahu. Dans ce même cadre on notera aussi des épreuves liées à la perte ou à l’absence de personnes aimées.

Outre la quête de l’approbation, le parallèle Vénus/Soleil évoque la volonté d’être quelqu’un de « bien », souhait qui se heurte à des pulsions et à des préoccupations secrètes (Lune/Pluton), à des mensonges et des dissimulations (Mercure au carré de Neptune) et à des comportements brutaux (Mars au lever), difficiles à maîtriser. 

En définitive le désir de plaire, de briller et d’être envié, ainsi que l’attachement aux plaisirs constituent des motivations centrales aux actes de Donald Trump, mais Saturne (le contrôleur) et Ketu (le conditionnement maternel peut-être) imposent des freins obligatoires contre lesquels Mars au lever se débat. Pour le bien il faudrait comprendre que la peur, présente dans les strates profondes de la conscience, se nourrit de la recherche permanente des gratifications.  


Mercure et Neptune

En charge de la communication, des choix et de l’argumentation, Mercure, maître du Soleil Gémeaux et de l’essentiel de la première maison en Vierge (le moi), ainsi que de la cuspide de la maison II (les possessions) et de la majeure partie de la X (l’élévation), joue un rôle majeur. 

Si son demi-carré à Mars au lever illustre l’impulsivité fréquente du langage, il souligne également le tranchant et l’art de la stratégie d’un mental qui ne cesse de planifier pour s’élever et s’enrichir. 

Son carré à Neptune, incidemment en maison II, évoque la faculté de manipuler par le biais des paroles, de jeter de la poudre aux yeux, de tromper autant ses adversaires, que ses associés (Neptune maîtrise la VII) et de convaincre les foules grâce à une inspiration verbale empathique. 

Si la dissimulation (telle sa feuille d’impôts) est un mode de vie nécessaire à sa carrière (la X) et à son enrichissement (la II), sans qu’il ne le réalise peut-être tout à fait, ce même aspect lui fait entretenir des illusions sur son propre compte en s’identifiant à des idées, des conditionnements et à des personnages archétypaux qu’il cherche à incarner.

Il n’est pas anodin d’ajouter, dans le cadre de cet aspect actif chez un homme de pouvoir dont les actions reposent en grande partie sur les motivations que nous avons examinées, des significations telles qu’une inattention aux détails et à l’environnement immédiat, des opinions et des choix dictés par les émotions, de l’indolence intellectuelle, une propension à user de médisances, d’artifices, de propagande et de manipulations diverses.

Le remède à cet aspect passe par la droiture, la clarté et la transparence, d’autant que Mercure est lié à la ruse et Neptune à la dissimulation : si la pensée est sinueuse, les actes ne peuvent être justes. C’est sans doute difficile pour un homme d’affaires doublé d’un politicien, mais ça n’est pas impossible s’il comprend que posséder un gratte-ciel à Manhattan, un Boeing 757, un Yacht et sans doute des milliers d’autres possessions coûteuses, n’empêche pas de mener une vie étriquée, puisqu’il n’a pas idée des vraies richesses que recèle une conscience éveillée. 


Et maintenant ? Les transits de Saturne et des noeuds lunaires

Qu'en est-il se demande-t-on d’un président qui débute son mandat avec Saturne transitant sa conjonction Lune/Ketu (jusqu'en novembre 2017), en opposition à sa conjonction Soleil/Uranus/Rahu? 

Ces configurations saturniennes ne présagent rien de bon, ni pour lui, ni pour Le monde. Saturne sur Ketu n’est favorable qu’à condition de s’orienter vers la simplicité, voir la spiritualité … . En cas contraire la destinée souffre d’adversité, de secrets révélés, d’étouffement dans une structure inadéquate au caractère, d’une difficulté à trouver sa place, d’un refus des responsabilités. A cause d’un certain retrait imposé par les circonstances, prisonnier d’une structure plus inamovible qu’il ne l’aurait pensé, puisque le voilà placé au coeur de l’attention publique, Donald Trump perd la liberté de n’en faire qu’à sa tête. 

Le seul moyen de s’en sortir est de développer une disposition au travail sérieux et à la réflexion profonde. En est-il capable? Saturne lui impose de brider ses instincts et de supporter une existence qui manque de fantaisie, alors que des tendances mentales anxiogènes minent ses émotions et son organisme. Le mieux qu’il ait à faire est de lui obéir. Quoiqu’il en soit, il n’est pas facile d’expérimenter une vraie joie de vivre dans ces conditions. 

Malgré les efforts produits, les risques d’échecs, de projets non-aboutis, d’objectifs pénibles à atteindre ou entravés par des circonstances adverses sont élevés. Le désir d’imposer sa vision du monde est présent et Saturne y apportera sa détermination,  mais le soleil maîtrise la maison XII, indiquant que des problèmes liés à des dissimulations, de puissants ennemis secrets, des craintes de révélations et des désillusions, pourraient le miner ou encore entraver sa capacité d’action. 

Il en est de même de l’opposition à Uranus, qui risque d’enliser les promesses de campagne, lesquelles se heurteront à des résistances lourdes, nombreuses, difficiles à contourner. Les deux astres maîtrisant le descendant (associations), on s’attend à des relations difficiles avec ses adversaires politiques bien sûr, mais également avec des politiciens de son propres camp : de ce coté là il pourrait même y avoir « trahison », Neptune dominant la majeure partie de la VII. 

Principal responsable de son élection, car transitant sur lui-même et aspectant harmonieusement les luminaires, les noeuds lunaires et Uranus, Jupiter lui est pourtant particulièrement propice toute l’année, infléchissant cette vision pessimiste. Il en est de même d’Uranus d’ailleurs, l’astre révolutionnaire en situation de soutien expliquant la soudaineté de cette  élévation. 

Sa vie personnelle par contre prétendra difficilement à de vraies satisfactions, la condition étant de changer intérieurement du tout au tout. Sinon, emprunte de frustrations en ce qu’elles n’offre pas les satisfactions escomptées, cette période saturnienne pourrait apporter lassitude et résignation, sans compter une chute qui reste envisageable. 

Rahu sur l’ascendant et sur Mars : le danger

À ce transit saturnien vient s’ajouter Rahu, le nœud lunaire Nord, qui transite l’AS, puis Mars pendant une période qui s’étend jusqu’en novembre 2017. 

La première « prophétie » d’un Rahu au lever est déjà réalisée : le moi prend une ampleur comme jamais (Rahu augmente, amplifie) et la destinée semble lui faire un magnifique cadeau. Mais attention les cadeaux de Rahu sont empoisonnés, à moins d’être spirituellement orientés, c’est-à-dire de vivre dans le détachement. 

Rahu ainsi placé montre comment une réussite soudaine a capacité à perturber la destinée, ce qui vient de se passer, mais simultanément l’attachement, le goût du secret, l’obsession, la colère, une anxiété chronique et l’insatisfaction, influencent négativement le comportement. 

Le danger de chute est ainsi renforcé, surtout dans la relation de Mars au comportement. L’intégrité physique est également menacée, tant par un attentat que par un surcroît d’agressivité,  d'impulsivité, de colère et de pensées obsessionnelles, sans compter la sexualité exigeante et insatisfaite de nature, alors que des indiscrétions et des divulgations de secrets le feront trembler. Rahu, lié de nature aux secrets, aux complots, à l’espionnage et à la poursuite des jouissances matérielles et sensuelles pourrait lui faire passer certaines limites.

Simultanément la philosophie de la fin qui justifie les moyens est encouragée ainsi qu’une agressivité dirigée contre les « étrangers », car Mars domine la maison IX qui leur appartient.

La question est de savoir si les aspects favorables d’Uranus et de Jupiter suffiront à désamorcer ces transits combinés de Saturne et des noeuds lunaires? Lui-même pourrait, s’il le voulait vraiment, sans doute arranger un peu les choses en transformant son Mars-guerrier au lever en serviteur, mais on a l’impression que ça n’est pas gagné. 

Pour finir 

Donald Trump incarne pleinement le monde contemporain : l’arrogance aveugle de l’être humain qui détruit la planète à son profit, la modernité des technologies de communication qui occultent les débats de fond, le matérialisme triomphant, l’appauvrissement des fondations philosophiques et spirituelles, le mépris et l’irrespect envers les femmes, le populisme, le durcissement mental, le retour des nationalismes …. A nous de comprendre que de tels êtres prennent le pouvoir parce qu’ils sont portés par la vague collective. « Je suis le monde, le monde c’est moi », signifie que nous appartenons à cette vague, qu’elle fait partie de nous et ainsi que l’anonyme le plus faible, le plus insignifiant a pouvoir de la transformer. 



(1) Le « Zeitgeist » des philosophes


(3) Ibid. (Mars à l’ascendant)

(4) « La réponse à la question du déterminisme est ambiguë. S’il n’est pas irrévocable, peu lui échappent! Pour le dire autrement la liberté s’acquiert, une appropriation rendue possible par la connaissance de soi. L’astrologie devient alors un instrument au service de la conquête du libre-arbitre, qui en ce sens est synonyme de sagesse ». L’astrologie et la mécanique de la pensée (L’astrologie et la pensée/A propos du déterminisme. 

(5) Uranus est conjoint à Rahu et parallèle aux deux noeuds lunaires. Vénus et Pluton leur sont parallèles.

(6) L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires/Le Soleil)

(7) Ibid. (Les aspects des noeuds lunaires/Pluton)

(8) Barrack Obama possède également cette conjonction

(9) L'astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires/Uranus)
















samedi, janvier 07, 2017

Vénus, de Ketu à Neptune


Entrée dans les Poissons où elle s’exalte, c’est-à-dire où elle a capacité à transformer la sentimentalité en amour, Vénus se conjoint à Ketu, le noeud lunaire sud, jusqu’au 15 janvier et à Neptune jusqu’au 21 janvier. 

Je ne sais si l’on peut rêver d’une meilleure combinaison pour aimer, dans le sens de permettre au moi pensant de « s’anéantir » (1) dans la vastitude lumineuse du coeur. Lorsqu’il est compris, Ketu, qui accompagne Neptune jusqu’à la mi-février (lire Le temps de Neptune et de Ketu), sait incarner le portail magique du détachement : non pas du détachement indifférent qui n’est qu’une défense contre la peur de la souffrance, mais celui associé à la liberté et à la sérénité. Il s’oppose ainsi à l’attachement, origine de tant de peines car provoquant l’anxiété, la colère et l’insatisfaction que symbolise Rahu, le noeud lunaire nord, dont la fonction est de nous soumettre aux multiples expériences de l’existence, soient-elles jouissives ou douloureuses, afin que nous apprenions. 

Cela ne signifie en rien que ces prochains jours, l’exaltation de l’amour nous soit offerte sur un plateau : l’amour est une grâce qui emplit l’âme, lorsque la liberté et la paix du coeur sont conquises par le guerrier intérieur. 

Par le biais de cette triple conjonction, ces conquêtes sont rendues plus accessibles, ne serait-ce que parce que les circonstances nous y exposent plus qu’à l’accoutumée. Nos armes ici sont l’intelligence et la subtilité, car il nous faut avancer sans assertion du moi et dans la non-action, c’est-à-dire sans efforts, car ceux-ci appartiennent à la volonté. Il nous faut comprendre avec toutes les fibres de notre être que de même qu’une authentique spiritualité, l’amour ne se révèle que lorsque le moi, égoïste, effrayé, contracté, insatisfait et confronté à ses craintes et à ses ignorances, se fait minuscule et peut-être même un peu silencieux. 

Au cours de ce processus on n’oublie pas que les noeuds lunaires sont événementiels, car associés à la matérialisation de la pensée. Les tendances psychologiques dont nous parlons ci-dessous se manifestent facilement en expériences tangibles, bien souvent capables d’influencer la destinée. 

Vénus et Ketu (jusqu’au 15 janvier)

Passant le portail de Ketu, Vénus nous mène à la venia, « le cadeau gratuit des dieux » : la déité (un terme à comprendre en dehors de toute identité culturelle ou conditionnée) se range de notre coté si nous la séduisons en menant nos vies dans la bonne direction. Attention, il ne s’agit pas d’échange commercial, nous ne parlons pas de bons points attribués pour notre moralité ou notre bonne conduite ! La magie du monde se laisse séduire par la légèreté, les sourires, le laisser aller, la confiance aveugle dans la brise céleste qui nous pousse où elle le doit. Elle se laisse séduire par les regards d’enfants qui continuent à briller jusqu’à la vieillesse elle-même, croyant que tout est possible, non par des raisonnements sèchement analytiques, mais par un ressenti inexplicable du sacré.

La leçon de Vénus et de Ketu passe par le non-attachement. Vénus est indissolublement liée au plaisir, à la sensualité, à toutes les sensations agréables autour desquelles nos pensées tournent inlassablement, à défaut de trouver un sens profond à la vie, ce processus nourrissant l’attachement et la peur. L’on profitera de cette période pour méditer sur la façon dont la recherche du plaisir s’infiltre partout où nous cherchons inconsciemment à être récompensés, même dans le cadre de la poursuite spirituelle. 

Il ne s’agit certes pas de renoncer au plaisir, lequel est vital pour le corps, le coeur et l’esprit, mais de comprendre pourquoi nos pensées s’en emparent puis ne cessent de le remâcher ou de l’anticiper, nous éloignant ainsi de l’instant présent tout en alimentant la peur de perdre ce que l’on a ainsi que celle de ne pas obtenir ce que l’on veut. Ainsi, par le biais de Ketu, Vénus peut-elle nous mener à la joie, plus vaste et plus riche que le plaisir, mais impossible à provoquer par la pensée. 

Attention, Ketu reste le noeud lunaire de la compulsion : comme déjà expliqué, c’est d’une conquête qu’il s’agit. La manque de vigilance provoquera les travers vénusiens, c’est-à-dire la recherche compulsive du plaisir avec les aléas de peines et de souffrances que ces comportements génèrent. 

Vénus et Neptune (jusqu’au 21 janvier)

Et si, dans l’intimité de nos poitrines agrandies par le détachement, Vénus passe avec succès le portail de Ketu, la venia prend alors le nom de Neptune (2) : la beauté de la vie (Vénus), que nous portons en nous, s’unissant naturellement aux espaces riches et mystérieux de l’au-delà de la pensée, par le biais d’une empathie totale (Neptune), nous permettant peut-être, ne serait-ce qu’un instant, de toucher du doigt cette promesse que nous recherchons toutes et tous, consciemment parfois mais le plus souvent inconsciemment, qui est celle de la dissolution du moi, seule façon d’emplir le monde et d’être empli par lui simultanément (3).

Cependant, également lié aux mensonges, à la propagande et à la désinformation, Neptune, digérant mal Vénus et Ketu, risque d’en faire tomber plus d’un dans la recherche compulsive de l’union responsable de nombreux maux, qui ne concernent pas que les couples mal assortis, car la souffrance de se sentir séparé nourrit l’humanité d’illusions et d’identifications, mécanismes menant entre autres au racisme, au nationalisme (forme exacerbée du tribalisme), aux idéologies destructrices ou aux guerres de religions. 

Le piège a pour nom sentimentalité, c’est-à-dire un attachement aux sensations émotives qui n’a pas grand chose à voir avec l’amour. Si l’on n’y prend garde, Ketu incompris, c’est-à-dire compulsif, déclenche la négativité de la conjonction Vénus/Neptune qui associe l’amour (Vénus) à la souffrance (Neptune), par le biais de la jalousie, des mensonges, des dissimulations et de la trahison. 

Cette triple conjonction Ketu/Vénus/Neptune reste bien entendu une excellente promesse, capable de se matérialiser chez celles et ceux capables d’explorer les profondeurs de leur être, non pas dans la quête d’un plaisir égoïste, mais dans le but naturel, quoique non prémédité, de côtoyer les sommets de la destinée humaine par le biais de l’ouverture du coeur, une des voies d'accès au nectar d'immortalité

Mars et Neptune (jusqu’au 13 janvier)

Mars quant à lui, quoique prenant ses distances d’avec Ketu (4), reste conjoint à Neptune jusqu’au 13 janvier. L’astre de l’énergie et de l’action joue ainsi son rôle dans ce qui précède, car ou bien les deux astres se combattent et l’environnement (Neptune) souffre sous les menaces agressives de Mars, ou, par le biais de la réflexion, de la compréhension et de la compassion, Mars se transmute en héros au service de la collectivité (Neptune). 

Et pour le reste ....

Les configurations, aussi spéciales soient-elles, ne sont jamais isolées. Au contraire, de même que dans un thème natal, elles participent toujours à une structure cohérente, c’est-à-dire chargée de sens et de finalité. C’est une chance qu’en ce moment Jupiter, Saturne et Uranus offrent des possibilités d’expansion de la conscience, de structuration et de révolution, comme expliqué dans 2017, année de contradictions), soutenant ainsi Mars dans sa capacité à servir plutôt qu’a agresser et pavant ainsi la voie pour Vénus dans son parcours initiatique de Ketu à Neptune …. 

Citons Pluton pour terminer, lequel visité par le Soleil jusqu’au 19 janvier, alors qu’Uranus et Jupiter lui adressent un long carré, tend favoriser le matérialisme dans la recherche des sensations intenses et donc du plaisir dont il a été question. Sous son égide le moi tend à s’épaissir, favorisant les comportements dominateurs. 

Mais l’énergie de Pluton, l’alchimiste capable de transmuter la matière, peut également, comme celle de Mars, être utilisée pour servir la collectivité. Ici se situe le libre-arbitre, qui comme souvent répété dans ce blog existe bien, quoiqu’il ne soit pas offert sur un plateau mais doive être conquis, de même que le détachement et la paix du coeur dont il fut question dans l’introduction.



(1) Une pensée pour la mystique Marguerite Porète, brûlée vive par l’inquisition du XIIIe siècle, qui écrivit  « Le Miroir des âmes simples anéanties et qui seulement demeurent en vouloir et désir d'amour ». Marguerite Porète appartint au courant du Libre-esprit, libre dans le sens de vacant pour recevoir la divinité, qui professait que l’amour compte avant toute chose, tant dans la quête spirituelle que dans les relations charnelles. 

(2) « Malgré son nom de dieu romain masculin, Neptune est entièrement féminin dans sa nature (réceptive, passive, enveloppante, fusionnelle), ses comportements (sinueux, souples, conciliants, diplomatiques) et ses orientations (artistiques, émotionnelles, mystiques). (…) Les références mythologiques ont leurs limites : en sus des riches analogies qui les associent, les astres possèdent bien plus de significations et de profondeurs que les anciens dieux auxquels ils donnèrent naissance dans de nombreux cas et non l’inverse. La Vénus spiritualisée par exemple, en relation avec la venia des Romains, la Lakshmi hindoue ou « la grâce de Dieu » des Chrétiens n’a pas grand-chose à voir avec la perfide Aphrodite, pas plus que Mars le guerrier intérieur capable d’affronter ses peurs, ne ressemble au lourdaud Arès ». L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les fondations de la pensée, Neptune)

(3) Telle est la quête universelle neptunienne : ne cherchons-nous pas chacun à son niveau, selon ses goûts, ses talents et sa culture, cette dissolution dans l’alcool ou la toxicomanie, dans la foule surexcitée des concerts ou des évènements sportifs, dans la musique, la littérature, la danse, le sexe, le sport, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéos, ou encore dans le jeûne, la prière, la méditation et les austérités?

mercredi, décembre 28, 2016

Mars, Ketu et le guerrier intérieur


Le fier et belliqueux Mars pourvoit les natures fortes de courage guerrier et les faibles d’un tempérament bilieux et querelleur. 

C.G. Jung dans « Paracelse »


L’idéal du héros solaire dont il fut question il y a quelques jours dans Noël ou la fête du héros solaire, n’est pas hors d’atteinte : le héros solaire représente celui ou celle qui n’hésite pas à explorer les régions obscures de son être et à y affronter le dragon de la peur, notre ennemi héréditaire. Il est celui qui non seulement brise ses chaînes, mais assume sa part de la destinée collective, car se libérer soi-même c’est aussi libérer les autres. 

Pour emporter ce combat qui se poursuit depuis la nuit des temps, Mars (l’énergie et la bravoure), nous est indispensable. Mais il ne gagnera pas seul. En sus des qualités solaires (lumière, noblesse du coeur), la victoire nécessite de la subtilité (Mercure), de la beauté intérieure nourrie par l’amour (Vénus), une vaste expansion de la conscience (Jupiter), une force mentale affirmée (Saturne), une perception pénétrante de la vérité (Uranus), de l’empathie positive (Neptune) et l’art de la transmutation (Pluton). 

Reste la Lune (le filtre des mémoires qui alimente la peur et la recherche de la sécurité) et ses noeuds (la matérialisation des mémoires, des désirs et des attachements). Ensemble ils symbolisent le contenu des couches superficielles et profondes de nos esprits, là où l’essentiel se joue et où le héros solaire a capacité à libérer le monde de la colère, de la crainte, de la frustration et de l’insatisfaction. 

La peur reste hélas souvent la plus forte et Mars se transforme en brute, à des années lumières du héros. Résoudre, intégrer Mars, c’est le transformer en serviteur. C’est offrir sa force aux plus faibles, c’est faire preuve d’esprit chevaleresque. C’est peut-être, surtout, cultiver la non-violence qui n’est pas une opinion religieuse, philosophique ou politique. La non-violence est d’abord l’art de ne pas se battre contre soi-même. Car comment lutter contre la violence lorsque celle-ci règne dans nos esprits  et dans nos coeurs (1)?  

Ainsi la non-violence est l’expression accomplie de Mars, le guerrier intérieur qui affronte ses craintes et sert ses semblables. 


Mars, Ketu et l’assassin

Dans l’article intitulé Les fêtes à l’ombre de Mars et Ketu, il a été question de l’extraordinaire violence qui se manifeste régulièrement dans le cadre de leurs conjonctions. L’on n’est donc pas surpris, mais l’on en reste quand même rêveur, de constater que le thème de Mevlüt Mert Altintaş , l’assassin de l’ambassadeur de Russie à Ankara, comporte une conjonction serrée (1°18’ d’orbe) de Mars et de Ketu …. 

Nous n’entrerons pas dans les détails, d’autant que nous ne possédons pas son heure de naissance, mais en peu de mots tout est là :  

Mevlüt Mert Altintaş, né le 24 Juin 1994 à Söke, Turquie

- L’opposition Mars/Pluton (destructrice et autodestructrice), conjointe à l'axe des noeuds lunaires (matérialisation d’évènements), souligne les compulsions violentes (Mars/Ketu), possiblement instrumentalisées par des organisations obscures (Rahu/Pluton) (2).

- Mercure combuste, rétrograde, au parallèle de Vénus et opposé à la Lune indique un désordre de la pensée, ainsi que des choix soumis à un moi captif de ses émotions et de son orgueil. 

- Le quinconce Vénus/Saturne évoque des frustrations chez cet homme marqué par des préoccupations mentales liées à l’affectif, au plaisir et à la sensualité (Lune parallèle à Vénus et Mercure, Vénus au carré de Jupiter) et à un désir sexuel exigeant (Mars opposé à Pluton).

- Jupiter au trigone du Soleil, de même que Mars au trigone d’Uranus et de Neptune indiquent un sens de la justice prononcé ainsi que le désir d’être un héros : par le biais de la Lune conjointe à Neptune (vulnérabilité à la propagande, souffrance mentale), il était facile de manipuler ce garçon qui n’avait jamais que 22 ans. 

- Une heure de naissance précise permettrait de confirmer (ou non) le parallèle de déclinaison Lune/Mars/noeuds lunaires, indiquant dans ce cas de possibles traumatismes vécus pendant l’enfance et renforçant la nature violente du thème. 

On ne doit pas conclure de ce bref survol que son destin était joué : l’opposition Mars/Pluton était difficile, mais elle offrait la possibilité de vaincre la peur par le biais des nombreux trigones et sextiles, lui permettant au contraire de devenir un véritable héros plutôt qu’un assassin.  

Mars, Ketu et le guerrier intérieur

Comme expliqué dans Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu, la période dangereuse n’est pas achevée (le 4 janvier au mieux!). On se doit donc d’être prudent : cela signifie-t-il ne pas sortir, éviter les rassemblements et les supermarchés et vivre dans la crainte? pas du tout, d’ailleurs la sécurité objective n’existe pas. Cela n’empêche pas, évidemment, de surveiller notre relationnel comme jamais, afin de ne pas laisser l’agressivité empoisonner l’atmosphère collective. De même soyons vigilants dans nos activités quotidiennes, particulièrement au volant, car les risques d’accident sont démultipliés. 

Mais l’essentiel se passe à l’intérieur, car nous sommes tous, collectivement, marqué par cette rencontre de Mars et de Ketu (la violence compulsive), d’autant que Neptune (l’empathie collective) est de la partie. 

Cette violence ne tombe pas du ciel, comme pourraient le formuler des détracteurs de l’astrologie, mais naît de nos préoccupations mentales tendues par nos difficultés, nos habitudes nocives, nos frustrations et ainsi de suite. 

Les compulsions liées à Ketu prennent naissance dans les profondeurs de nos inconscients, ainsi que dans les attachements, les colères, les anxiétés et les insatisfactions que représente Rahu. Soyons donc attentifs, prudents à ne pas laisser nos tourments trop envahir nos esprits, car nous leur permettons alors de déborder sur la conscience collective et de nourrir ceux d’entre nous, terroristes, dictateurs, financiers égotistes et politiciens corrompus, capables des pires cruautés. 

On essaiera au contraire de réaliser que Ketu n’est pas que compulsion (3). A partir du moment où la conscience se dégage un peu de ses désirs triviaux et cesse d’être captive de la peur, Ketu représente la quête spirituelle authentique, c’est-à-dire la recherche, la découverte et l’exploration des mondes de l’au-delà du mental. 

Chacun d’entre nous, de part notre inattention, sommes « responsables » des effets pervers de cette configuration. Chacun d’entre nous la nourrissons. Et inversement, lorsque nous sommes alertes, éveillés, vigilants à ne pas laisser cette violence intérieure, cette colère s’emparer de nous, nous nous approchons d’une véritable non-violence et matérialisons ainsi ce que Mars et de Ketu ont de meilleur : le service du bien. 



(2) Ne pas en conclure hâtivement que le responsable soit Fethullah Gülen, ainsi que l’accusent les autorités Turques. Rahu s’associe à toutes sortes de convolutions secrètes et de plans retors, alors que Pluton symbolise les pouvoirs cachés, les puissances financières et les exercices de manipulation. 

(3) « Associé au retrait, aux mystères du passé, à l’ascèse et à la rigueur, Ketu est inséparable du détachement et de la quête spirituelle. Les épreuves transformatrices, les compulsions irrésistibles, les craintes inexplicables, la contraction mentale, la confrontation à la douleur, le doute, l’isolement et la séparation se rattachent à ses aspects. » L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires).

samedi, décembre 24, 2016

Noël et la fête du héros solaire (2)


Cet article à propos de Noël et du héros solaire est paru l’an dernier.  Nous traversons ces jours-ci une période d’intenses perturbations, dues entre autres aux noeuds lunaires (lire Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu). Les noeuds sont liés aux éclipses : une éclipse est un obscurcissement de la lumière qui permet aux couches les plus sombres et les plus tourmentées de la conscience collective de se matérialiser sous forme d’évènements douloureux. Dans ces périodes troublées les qualités solaires que sont la noblesse du coeur, la loyauté, la droiture, la générosité, l’idéalisme et la force d'éloigner les ténèbres, sont plus que jamais nécessaires à cultiver. 

Joyeux Noël!


« Kabîr dit : la Lumière a brillé dans mon esprit,
quand j'ai reconnu le Soleil à son lever ! »  

Noël ou la fête du héros solaire

Il a plusieurs fois été question de Noël, indissociable du solstice d’hiver, sur ce blog (1). Bien avant l’ère chrétienne, cette fête solaire était célébrée par de nombreuses civilisations. Le soleil s’en retourne vers le nord et met fin à cette époque sombre que les Hindous, natifs il est vrai de l’hémisphère nord, appellent la nuit des Dieux. La journée des Dieux commence alors, période propice aux « pèlerins d’orient » selon l’expression de Hermann Hesse, qui désignait par là celles et ceux dont la vie est un voyage en quête de compréhension et d'illumination.

Ainsi, qu’il s’agisse de Jésus, d’Horus le faucon solaire, de Mithra (le Soleil invaincu), ou d’autres divinités « nées » à cette époque particulière de l’année, c’est de la fête de la renaissance du Soleil, le principe de lumière qui illumine l’univers, dont il s’agit. Au-delà des croyances naïves, du romantisme des dieux anciens, des prophètes et autres avatars, ces célébrations s’adressent d’abord à l’être humain dont le Soleil symbolise le coeur, là où « siège » la divinité. Il s’agit de fêter ce qu’il y a de meilleur en lui, c’est-à-dire le héros solaire, appelé de toute éternité à explorer et conquérir les secrets de la vie et de la conscience, plutôt que de mener une existence terne et étroite, soumise à la crainte et à l’ignorance.

L’émergence du héros solaire  

Si l’astrologie est capable de mener à bien l’exploration détaillée des multiples tendances, orientations fondamentales, talents ou défauts de la personnalité avec une précision insoupçonnée des profanes, si elle sait délimiter les périodes fastes et moins fastes que nous traversons, si elle nous apporte sans cesse de l’aide par d’essentielles leçons de vie, sa fonction centrale est de favoriser l’émergence du héros solaire chez l’individu, soit-il homme ou femme, c’est-à-dire de lui permettre d’emprunter la voie céleste personnelle, unique,  inscrite dans son thème. 

Le héros solaire, qui personnifie l’idéal de tout être humain, a bien entendu besoin de la Lune (la mère), de Jupiter (le protecteur), de Mars (la force) et ainsi de suite pour tous les astres, mais il est avant tout enchâssé dans l’astre qui règne sans partage sur la vie : le Soleil. 
On oublie parfois les significations profondes de l’astre-roi, peut-être trop attaché au signe zodiacal de naissance. L’on est Bélier, Gémeaux ou Capricorne parce que le Soleil transite ces signes à la naissance, mais celui-ci signifie bien plus que cela : 

« Le Soleil est l’éclat d’étoile, le feu, la parcelle de lumière et d’éternité enchâssée à l’intérieur de notre poitrine, qui oriente et entraîne vers l’accomplissement de soi : qu’est-ce que cela signifie ? Que l’être humain ne se contente pas de pain. Dès que les conditions socio-économiques le permettent il cherche à se réaliser, à vivre ses rêves, à atteindre un idéal qui lui est propre. Il aspire à profiter de la vie, à disperser les ténèbres de l’ignorance et de la peur, à se perpétuer et à toucher à sa façon l’immortalité. (…) Sa lumière personnifie une éventuelle finalité de la vie et de l’univers, ou encore une cause transcendantale à leurs manifestations ». (2)  

A observer l’état catastrophique de notre Terre, à la lumière ou plutôt à l’ombre des comportements absurdes et tragiques qui détruisent le monde de la nature, des animaux et des êtres humains, quand les nations et les individus qui les composent se déchirent dans la poursuite du chacun pour soi, il est sans doute bon, alors que des milliards d’individus fêtent la Noël et donc le Soleil sans même le savoir, d’exalter les qualités principales associées à cet astre :  la droiture, la noblesse du coeur, la loyauté, l’idéalisme et la générosité. Ce sont là des lumières intérieures capables de disperser les ténèbres qui règnent sur nos esprits et qui donc, forcément, assombrissent le monde.

« Nous sommes toutes et tous des héros solaires plus ou moins déchus. La lumière, la liberté, l’intelligence et l’amour sont les objets de notre quête mais nous peinons à les atteindre et nous abandonnons, la plupart du temps à cause des circonstances adverses collectives ou personnelles, des obstacles, de la malchance, de la peur et des multiples pièges de la vie. Trahissant alors nos idéaux, nous cherchons leurs reflets tronqués dans les jouissances matérielles, le succès et la domination, chacun à sa façon et selon ses moyens. Un Soleil épanoui, fidèle à sa nature parcourt sans crainte le sentier céleste dont on a parlé, ce chemin qui traverse le thème et mène à la réalisation de soi ». (3)

(1) Voir Noël et l’astrologie et Noël et le Soleil intérieur

(2) L’astrologie et la mécanique de la pensée

(3) Ibid.

lundi, décembre 19, 2016

Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu


Alors que je boucle cet article j’apprends l’assassinat de l’ambassadeur Russe en Turquie!! Erdogan dont je parle tout à la fin est bien sur la sellette. 

L’astrologie est un art, l’on interprète un thème astral comme on interprète un thème musical. Ses mystères, sa beauté, le sens du merveilleux et parfois la crainte révérencielle qu’elle nous inspire, sont bâties sur des millénaires d’observations et de conclusions. Ces investigations permirent, lentement, patiemment de déterminer les analogies associant Vénus au plaisir et aux sensations agréables, Saturne aux obstacles, à la profondeur et à la patience ou Mercure au langage et à la structure de la pensée. Elles nous apprirent également à associer certaines configurations astrales avec des « éventualités » évènementielles, constituant ainsi la branche prévisionnelle de l’astrologie. Celle-ci est cependant sujette à caution car difficile à employer, nécessitant de manier l’art et la science avec une même maîtrise. Il s’agit pourtant de pur empirisme : si, répétée un certain nombre de fois dans le passé, la même configuration astrale correspond à autant, ou presque, de répétitions d’évènements de même famille analogique, il est raisonnable de conclure que sa prochaine occurence pourrait signaler la matérialisation d’un évènement lui correspondant. 

L’important, cependant, est de ne pas oublier le conditionnel, ni le « presque » : d’abord parce que les cieux n’offrent jamais exactement les mêmes configurations. Ensuite parce que l’astrologie est trop liée, mystérieusement d’ailleurs, à la conscience humaine, pour qu’elle soit jamais une science dure et donc entièrement fiable dans ses prévisions d’évènements précis. Ces points fondamentaux sont à garder en tête dans tout essai prévisionnel, ce qui, une fois n’est pas coutume, constitue la fondation de cet article.   

Les dates

Mars entre en Poissons et entame sa conjonction à Ketu ce 19 décembre 2016. Elle s’achèvera le 4 janvier 2017 (environ). On peut dors et déjà le considérer également conjoint à Neptune et cela jusqu’au 11 janvier. Avant d’examiner ce que ces conjonctions, tout spécialement celle de Mars et de Ketu, pourraient signifier (insistons sur le conditionnel), jetons un coup d’oeil sur le passé récent et un peu moins récent. 

Mars et Ketu le 13 novembre 2015

Il a été plusieurs fois question dans ce blog des effets dangereux associés aux aspects tendus, principalement aux conjonctions (en admettant 6°à 8° d’orbe de précision), associant Mars aux noeuds lunaires. Ce fut le cas dans le billet intitulé Le temps du dragon, publié quinze jours avant les attentats de Paris, alors que Mars entamait une conjonction avec Rahu : 

« Comme du 11 au 27 novembre (2015), Mars se lie simultanément aux deux nœuds lunaires par l’intermédiaire d’un parallèle de déclinaison, tout le mois de novembre est concerné par ce qui précède. A partir du 11 cependant, Ketu joue de sa nature compulsionnelle qui s’avère souvent dangereuse avec Mars, décuplant les risques de violence. (….)Ces tendances mondiales, ressenties par des milliards d’individus, sont causes d’intensification du nombre d’accidents, de violences et d’actes terroristes dont les médias se font le relais ». 

Tragiquement, le 12 novembre 2015 Beyrouth fut secoué par deux attentats (1) et le 13 ce fut au tour de Paris (2), alors que Mars transitait à 0°34’ de la Balance et Rahu à 29°42’ de la Vierge (moins d’un degré d’orbe). 

Il ne s’agissait pas d’une prédiction, mais de la simple constatation que les conditions étaient réunies pour qu’aient lieu un ou plusieurs évènements très violents (Mars) dont la planète entière parlerait : car si la violence et la brutalité s’exercent de façon permanente, l’on doit faire entrer, par le biais des noeuds lunaires, la notion de témoignage dont il a également été question à plusieurs reprises (3). 

Mars et Ketu dans un passé récent

- Le 11 septembre 2001 à New York, Mars transitait à 1°26’ du Capricorne, en conjonction serrée à Ketu situé à 3°06’ du même signe. A 28°05’ des Gémeaux, la Lune en opposition était conjointe à Rahu à 3°06’ du Cancer. 

- Le 22 juillet 2011 le norvégien Anders Behring Brevik assassinait 77 personnes. Mars était situé à 21°59’ des Gémeaux et Ketu à 21°34’ du même signe. 

Ce sont là deux des évènements tragiques des plus médiatisés et des plus marquants de ce XXIé siècle encore jeune. D’autres dates impliquant Mars et Ketu soulignent les mêmes associations (le 17 juin 2008 à Bagdad, les 11 et 16 mai 2013 respectivement en Turquie et en Afghanistan par exemple). 

Si les conjonctions Mars/Ketu ne doivent pas uniquement être interprétées dans leurs relations à la violence, étant aussi liées au dépassement de soi, au goût de l’aventure et de l’exploration, à la conquête de la peur et à la compréhension de la non-violence dans le sens du renoncement que signifie un Ketu intégré au Mars guerrier, on réalise combien elles se montrent régulièrement dangereuses.  

Au XXe siècle, l’attentat de Sarajevo et l’invasion de l’URSS par l’Allemagne nazie 

- L’attentat de Sarajevo est sans doute le plus dévastateur de l’histoire, puisqu’il servit de prétexte au déclenchement de la première guerre mondiale : le 28 juin 1914, à Sarajevo, un peu avant 11h00, l’archiduc François-Ferdinand et son épouse la duchesse de Hohenberg sont assassinés par Gavrilo Princip, membre d’une mouvement nationaliste yougoslave (peut-être) téléguidé par des organisations plus obscures. Mars est situé à 1°19 de la Vierge, la Lune à 5°40 et Ketu à 8°57 de ce signe. (4) 

- Le 22 juin 1941, date de l’invasion de l’union soviétique (Verseau/Poissons) par l’Allemagne nazie (Bélier), Mars et Ketu sont conjoints, respectivement à 23°54 et à 27°03 des Poissons. (5)

La conjonction de Mars et Ketu du 19 décembre 2016 au 4 janvier 2017

Ainsi, nous constatons que comme  en novembre l’an dernier, les conditions astrales renforcent sérieusement les risques de violences, d’accidents et d’attentats. Il semble pertinent de nourrir quelques inquiétudes pour cette période de fêtes propices aux grands rassemblements. Il est essentiel d’être vigilant, de faire preuve de prudence et de tempérance tant au volant que dans l’ensemble de nos activités physiques et sans doute surtout dans nos rapports humains : les noeuds lunaires sont en relation avec des matérialisations de pulsions, de pensées cristallisées et de contractions mentales individuelles et collectives. 

Pour ce qui pourrait constituer un éventuel attentat, on ne peut s’aventurer à tenter de préciser un lieu quelconque, car les outils astrologiques actuels ne le permettent pas. Les pistes et les hypothèses sont nombreuses. Le signe des Poissons est plus marqué que les autres mais la géométrie céleste n’est pas si simple et l’on ne peut en exclure la Vierge, le Sagittaire et les Gémeaux qui lui sont en opposition et au carré. De plus les signes sont liés à la fois aux villes et aux pays (6).

Comme souvent l’on ne peut que regretter de ne disposer d’aucune structure nationale ou internationale qui puisse financer, centraliser, examiner, comparer et communiquer les recherches et les travaux des astrologues à travers le monde. 

Neptune, Ketu et Mars

En conjonction à Ketu jusqu’à la mi-février 2017, le transit de Mars le concerne lui aussi. 

La conjonction Ketu/Neptune évoque la notion de témoignage (cf. note 3) de la souffrance (Neptune), qui déborde actuellement de nos multiples écrans, entre autres à Alep. Neptune entretient de puissants liens avec l’image et l’empathie, touchant ainsi des milliards de consciences par le biais de la télévision et d’internet : il est vecteur à la fois de compassion authentique et de sentimentalité confondue avec l’amour. Les difficiles aspects plutoniens (voir 2017, année de contradictions) symbolisent le cynisme et l’indifférence des puissants alors que Neptune/Ketu provoque une vague d’empathie qui pourrait, sur le long terme réveiller les consciences : Neptune est l’eau qui vient patiemment à bout de tous les obstacles. On n’oublie pas cependant les liens de Neptune à la propagande lorsque Pluton tire les ficelles dans l’ombre, capable, qu’il s’agisse du Tibet ou de la Syrie, de camoufler des conflits aux enjeux principalement politico-économiques en guerres de libération. 

Dans ce contexte la conjonction de Mars à Neptune (active jusqu'au 11 janvier) possède plusieurs visages :
- La brutalité (Mars) affecte l’environnement (Neptune)
- L’environnement est ressenti comme menaçant.
- La crainte fait réagir violemment
- Des héros (Mars) inspirés par la compassion (Neptune) se révèlent.
- Le guerrier (Mars) se transforme en serviteur de la collectivité (Neptune).

Neptune étant l’astre le plus lié à la conscience collective, chacun, aussi anonyme soit-il, peut agir ne serait-ce qu’en s’interrogeant et en faisant face à ses peurs. Il est plus qu’essentiel de comprendre que la brutalité du monde, que sa souffrance, sont directement corrélés à nos propres guerres intérieures. L’héroïne et le héros ne sont pas forcément des gens de terrain. Ils sont d’abord celles et ceux capables de faire face à la crainte et à l’angoisse, mères de l’avidité et de la violence mentale qui se répercutent dans la conscience collective.  


PS : Recep Tayyip Erdogan et François Fillon

Puisque nous sommes 7 milliards et demi d’humains, l’on suppose que nombre d’entre nous, très majoritairement anonymes, sont personnellement concernés par ces évènements astraux. Recep Tayyip Erdogan et François Fillon, qui ont ces derniers temps faits le « buzz » sur la scène nationale et mondiale et qui sont nés à quelques jours de distance (fin février 1954), ne sont pas des anonymes mais des « célébrités » particulièrement concernées par ces transits. 

Pour ce qui est du français (lire une courte analyse de son thème dans Des vivants et des morts dans le ciel de novembre), il est question d’ennemis secrets, de choix impulsifs, d’illusions et d’identifications néfastes, d’énervement, de colère et de souffrance mentale. La leçon est de servir avant tout et de d’imbiber d’une véritable compassion. 

Marqué au natal par des noeuds lunaires très puissants, Erdogan, l’homme fort de la Turquie, se situe à la croisée des chemins : Ketu situé sur son Soleil pendant encore quelques mois lui offre le choix entre s’enfoncer définitivement dans la dictature, ou au contraire s’élever intérieurement par le biais du détachement. De par la situation géo-politique de la Turquie, son pouvoir est actuellement immense. Mars, Ketu et Neptune peuvent en faire un héros (s’il se transforme en serviteur), ou au contraire totalement assombrir sa nature solaire, ce qui signifie la perte de la noblesse et les risques de se perdre pour toujours, même s’il s’installe durablement au pouvoir. Des risques pour son intégrité physique ne sont pas à exclure.


(1) 43 morts et 239 blessés.

(2) 130 morts et 413 blessés.

(3) « Dans un précédent ouvrage (Entre les anneaux du Serpent, Dervy-Livres 1986), j’avais stressé la notion de témoignage, dans le sens où ils (les noeuds lunaires) manifestent parfois des événements marquants, possiblement choquants, dont on est témoin sans qu’ils nous concernent personnellement, comme un accident impliquant une ou des personnes inconnues, ce qui nous ramène encore une fois aux mystères de la synchronicité. Ceci explique peut-être pourquoi par exemple, certains événements violents très médiatisés, montrent des nœuds lunaires puissamment soulignés par Mars. A l’époque d’internet et du village global, toute la planète devient témoin. »  L’astrologie et la mécanique de la pensée (Chap.7, Les noeuds lunaires)

(4) Le thème natal de l’archiduc (né le 18 décembre 1863 à 7H25 à Graz en Autriche), comporte une conjonction de Mars (0°54’ du Sagittaire, à 2° de la cuspide de la maison XII, les complots) et de Rahu (à 26°10’ du Scorpion). Les noeuds lunaires et Mars y sont en parallèle de déclinaison, faisant ainsi entrer Ketu dans la danse.  

(5) Il s’agit du déclenchement de la campagne la plus meurtrière de l’histoire, environ trente millions de morts, civils et militaires confondus. Fin avril et début mai 1960, lors de la même conjonction dans les Poissons, rien (d’extrêmement marquant) ne se passe, sinon la rupture diplomatique entre la Chine et l’URSS. Par contre, le 28 mars 1979 connut le pire accident nucléaire de l’histoire des Etats-Unis (Mars à 22°09 et Ketu à 16°40 des Poissons).  La dernière fois, il semble que l’évènement le plus marquant ait été l’exécution de Karla Faye Tucker au Texas, première femme en plus d’un siècle à subir ce châtiment. Le retentissement fut international, toujours cette notion de témoignage,  car de nombreuses personnalités américaines et étrangères, dont Jean-Paul II et Romano Prodi, étaient intervenues en sa faveur. Cela déclencha une profonde réflexion chez de nombreuses personnes à propos de la peine de mort. 

(6) En novembre l’an dernier Rahu était en Vierge, qui est le signe de Paris. Mais rien ne s’est passé en Suisse ou en Turquie qui est le signe de ces pays. 



samedi, décembre 17, 2016

2017, l’année des contradictions


Voici venir la nouvelle année et l’on souhaiterait que le cosmos (le monde ordonné), se reflète un peu plus sur le chaos de nos vies et de nos pensées. « Que nous réserve 2017? » demande-t-on aux astrologues avec candeur, ironie ou véritable intérêt. Loin des croyances et des superstitions, beaucoup comprennent que les astres changeants décrivent avec précision nos existences tour à tour sereines ou tourmentées, routinières ou passionnées. Que notre thème astral personnel est notre identité gravée dans les cieux, représentation mystérieuse d’une destinée unique, semblable à nulle autre, confrontant ainsi chaque individu à ses propres singularités. Mais toutes et tous appartenons à cet immense organisme de 7 milliards et demi d’individus que nous appelons l’humanité et dont nous sommes une cellule, ni plus ni moins importante que les autres. Cette appartenance nous soumet à de vastes mouvements collectifs qui affectent nos consciences individuelles, qui à leur tour affectent la collectivité : il est utile de garder à l’esprit que ce que je vis en moi se projette à l’extérieur de moi, car ma conscience n’est pas séparée de celles des autres. Ou pour l’exprimer autrement, que je sois anonyme ou célèbre, faible ou puissant, mes états de conscience déteignent sur le monde et le matérialisent tel qu’il est. 

Saturne et Uranus

La bonne nouvelle de l’année : au trigone l’un de l’autre, Saturne et Uranus sont en grande harmonie jusqu’à Noël 2017, soit une année durant. 

Saturne en Sagittaire (signe de philosophie et de justice), l’astre des obstacles et des réflexions profondes qu’ils génèrent, celui qui nous teste et nous enseigne la patience, la détermination et construit notre force mentale, s’allie à Uranus en Bélier (signe d’action et de concrétisation), l’éveilleur et le révolutionnaire qui représente la perception directe de la vérité : ainsi, dans l’absolu, cet aspect nous permet de changer radicalement et de nous structurer selon de nouveaux paradigmes, c’est-à-dire de nouveaux modèles qui naissent de ces compréhensions. Uranus est lié à l’éveil parfois fulgurant des consciences et Saturne à la profondeur et à la persévérance nécessaire à l’application de ces illuminations soudaines. Cela concerne à la fois la collectivité et les individus, ces derniers par le biais de l’élaboration et de l’application d’une nouvelle philosophie personnelle, à la fois humaniste, sage et pourtant transformatrice dans le bon sens du terme. 

Jupiter et Saturne

Les deux astres sont au sextile depuis la mi-octobre 2016 jusqu’à la mi-mars 2017, puis de la mi-juillet aux premiers jours d’octobre 2017

Propice à l’expansion mentale et à la prospérité matérielle, cet aspect harmonique ajoute l’inspiration, la philosophie, la compassion et les opportunités de changements à la détermination saturnienne, renforçant la probité, l’intégrité, le sens de la justice et généralement le désir d’œuvrer pour le bien de la collectivité. Il évoque l’équilibre, le sérieux, la constance, l’efficacité et la réussite. Il favorise ainsi la vie sociale et économique, le déploiement personnel, les réalisations matérielles, intellectuelles ou spirituelles. 

Jupiter et Uranus

Les deux astres sont en opposition de la mi-novembre 2016, à la mi-avril 2017, puis de la fin août à la fin octobre 2017

Nul doute que cet aspect soit explosif, même s’il amplifie les actions humanistes de « l’éveilleur ». Il alimente les aspirations à de vraies transformations d’une conscience collective inspirée par la réflexion philosophique et la quête de la justice (Jupiter) et illuminée par de nouvelles compréhensions (Uranus). C’est ici cependant que la première contradiction fait son apparition, car l’opposition des deux astres amplifie la tentation de l’autoritarisme des comportements et de la radicalité dans l’action, et comme nous allons nous en rendre compte, les aspects plutoniens manifestent les conditions nécessaires à ces dangereuses problématiques . 

Cependant, pour le moment, si nous nous arrêtons ici dans l’examen du ciel, le bilan est plutôt positif, car la structure Saturne/Jupiter/Uranus est prometteuse : 

- Uranus introduit créativement de nouveaux modèles de pensée et d’action
- Jupiter inspire la pensée collective et offre des opportunités de réalisation de ces modèles dans un cadre de justice et de compassion
- Saturne apporte la détermination, la sagesse et la persévérance nécessaires à une structuration qui doit se déployer sur le long terme. 

Tout paraît ainsi (presque) parfait, mais l’être humain n’est pas uniquement inspiré par l’intelligence. Sans doute parce qu’il fait face à de puissants obstacles intérieurs, qu’il ne semble hélas pas prés de conquérir, sa nature mercurienne (brillante, astucieuse, rusée) étant enténébrée par la peur, l’ignorance et l’avidité, il tend à favoriser ses intérêts personnels envers et contre tout, quitte à massacrer allègrement les cellules de l’organisme-humanité dont il fait partie et à menacer sa propre planète de destruction. (1) Ces contradictions sont particulièrement présentes dans les aspects plutoniens. 

Pluton

- Saturne au parallèle de Pluton depuis décembre 2015 jusqu’en février 2020 (2)
- Jupiter au carré de Pluton de la mi-octobre 2016 à la mi-septembre 2017

En place depuis déjà un an, le parallèle de déclinaison Saturne/Pluton se poursuit tout au long de l’année 2017 et au-delà . Les deux astres s’assombrissent mutuellement, renforçant les notions d’interdits (Saturne) et de transgressions (Pluton). Cette guerre larvée entre le froid Saturne et le cynique Pluton provoque des tourments intérieurs qui nourrissent la crainte, ainsi que la contraction des coeurs, des esprits et des corps. Les conséquences de ces durcissements sont terrifiantes comme on l’a vu dans l’indifférence générale face aux bombardements meurtriers d’Alep, ou aux milliers de migrants qui fuient l’enfer de leurs pays pour se jeter dans un autre chez nous. 

Pendant ce temps, Jupiter au carré de Pluton aggrave les soifs de jouissance et de sensations, nourrissant les différentes avidités mais également les frustrations et les insatisfactions, vu les réticences saturniennes. L’écart conflictuel entre Jupiter (l’altruisme et la générosité) et Pluton (le profit et la manipulation) se fait manifeste. Les implications sont subtilement obscures avec des grilles de lecture complexes : le sentiment d’injustice par exemple (Jupiter), est instrumentalisé par les puissances officielles ou cachées qui en sont responsables (Pluton), encourageant le repli sur soi (Saturne), des individus et des nations, ainsi qu’un autoritarisme et une radicalité (Uranus) renforcés. 

Les aspects tendus étant toujours métamorphosables, simultanément, Jupiter (le sens de la justice), encourage les puissances financières (Pluton), à une plus juste répartition des biens, alors que Saturne (le sage), réclame plus de probité dans les structures et de tempérance dans les comportements. L’on espère que le trigone Uranus/Saturne jouera dans ce sens, puisqu’il est censé développer l’intelligence, mais on n’ignore pas que les consciences du XXIe siècle sont très érodées par le matérialisme. Les moi, les milliards de moi, sont épaissis, engourdis, désenchantés, ignorants et oublieux des finalités profondes de l’existence et le premier (ou le seul) travail est de les réveiller. 

Uranus

Uranus au carré de Pluton de la mi-novembre 2016, à début-mai 2017 (3)

L’éveil du moi est la fonction d’Uranus qui nous l’avons vu, travaille en ce sens avec Jupiter et Saturne. Dissous en juin et enterré un peu vite, son long carré à Pluton s’est reformé en octobre (à peine 4° d’orbe cette mi-décembre 2016), déjà au prise avec Jupiter et Saturne lui aussi, mais de façon plus ardue, ce qui explique les durcissements des opinions et des politiciens ces derniers mois. Le carré Uranus/Pluton, outre qu’il pervertit l’esprit de renouveau (Uranus) dans toutes les directions (du matérialisme spirituel à la corruption des « révolutionnaires »), met également l’accent sur les sombres manipulations exercées par le biais d’internet et de la sphère informatique (Uranus). 

« Pluton éveille les facettes les plus négatives des astres qui lui sont opposés. S’agissant d’Uranus, le caractère tyrannique et la recherche du surhomme sont renforcés et mettent la quête de la vérité en danger. S’agissant d’astres lents, le combat est à la fois personnel et générationnel et pour l’emporter, il faut savoir remonter le courant collectif à la manière uranienne, c’est-à-dire échapper aux archétypes triomphants que sont les pièges du matérialisme et du règne de l’intérêt personnel dans lesquels il est facile de sombrer ». (4)

Ce carré, à condition d’être transmuté, indique une voie possible et s’il affecte la conscience collective, il ne tient qu’à nous de l’utiliser favorablement. Les deux astres sont unis par le biais du Scorpion :  Uranus, qui s’y trouve exalté, y représente la pénétration lumineuse de l’oeil intérieur dans les obscurités de la conscience. Pluton est le maître de ce signe associé à la mort, à la sexualité et aux processus obsessionnels de la pensée. Liée à ces principes, la peur, responsable de tant de maux, doit être placée au centre de nos explorations, car Pluton négativement aspecté (ce qui est actuellement le cas) s’associe à la crainte et aux nuits les plus sombres de nos consciences.  

Transmuter Pluton

L’objectif astrologique majeur de 2017, est de permettre à Pluton de participer pleinement à la transformation nécessaire de nos sociétés et de nos moi, en s’alliant à Uranus, Jupiter et Saturne : 

« L’aboutissement réussi du processus plutonien, la libération totale de la peur, n’est pas facile à achever. Elle passe par la mort qui avant d’être celle du corps est celle de la pensée. Dans ce contexte, l’astre des enfers n’offre pas l’immortalité de l’enveloppe physique mais celle de l’esprit. Le défi plutonien consiste à libérer une énergie cachée, intense, suffisamment puissante pour changer le monde, sans que le corps ni l’esprit, et accessoirement la société, ne se transforment en champs de bataille ». (5) 

Neptune et Ketu  

Pour le moment élargi à 7° d’orbe, le sextile élastique de Neptune à Pluton reste actif, alimentant les transformations fondamentales vécues par la population (Neptune) du globe. On doit réaliser que si cet aspect, malgré les rigueurs auxquelles nous faisons face, nous protège du pire (un conflit nucléaire par exemple), il ne durera pas toujours et qu’il nous faut, vraiment, transformer la civilisation avant qu’il ne se défasse et se transforme en carré dans les années 2050, ce qui n’est pas si éloigné. 

Jusqu’à la mi-février 2017 Ketu reste proche de Neptune en Poissons, signe mystique s’il en est. Profitons-en car c’est une opportunité rare, la prochaine rencontre Ketu/Neptune se fera en 2033.  Cette conjonction ouvre un portail mystérieux associé à « la descente de l’intelligence dans le coeur », pour celles et ceux qui désirent sincèrement explorer l’au-delà du mental. Les configurations formant un tout, on comprend que la voie n’en sera que plus facile si nous savons user de Jupiter et de Saturne, d’Uranus et de Pluton avec intelligence : 

« Les strates profondes de la conscience collective ressentent un fort besoin d’appartenance, parfois traduit par un réveil du « mysticisme », c’est-à-dire du désir de la dissolution du moi dans une dimension éternelle inaccessible à la pensée. Cette rencontre a des effets très différents selon le niveau de conscience de chacun. (….) Au mieux destruction des illusions par l’intelligence, expériences et «sensations » empathiques et spirituelles authentiques, sentiment d’appartenance et compassion accrues. Dans tous les cas possibilités d’évènements étranges et mystérieux » (6)


(1) Il serait naïf ou mensonger, voire criminel de fermer les yeux. Le récent massacre des habitants d’Alep, la folie meurtrière de l’Etat Islamique, l’accroissement des nationalismes, la destruction continue de l’environnement, les deux cent milliards d’animaux exécutés par an pour l’alimentation humaine, les océans qui s’empoisonnent, les ressources d’eau douce qui se tarissent, l’arrivée au pouvoir d’une équipe dangereuse aux commandes du pays le plus puissant du monde, le triomphe global des dictateurs et des populistes décrivent une situation délétère qui risque bien d’empirer.  

(2) Le parallèle de Saturne à Pluton imbibe des années durant la toile de fond du psychisme collectif. Il nourrit entre autres nombre de tourments intérieurs liés aux interdits (Saturne) et aux transgressions (Pluton), que l’on cherche à régler de différentes façons, par la censure ou la permissivité, par la discipline conflictuelle ou le libre cours au pulsionnel, selon les conditionnements personnels et collectifs qui sont les nôtres. La voie correcte, qui est celle du milieu, passe par l’observation dénuée de jugement, la discipline libre de tout conflit et la liberté à la fois intelligente et respectueuse de soi-même et des autres. 
« Des anxiétés, des fantasmes, des obsessions et des conflits souterrains sont provoqués par un affrontement entre la morale, la discipline et les obligations sociales et le pulsionnel. La force mentale (Saturne) tente de contrôler l’intensité du désir (Pluton). Des craintes profondes et des conditionnements sociaux concernant la sexualité et la mort fascinent, tourmentent et obsèdent la pensée qui affronte des contraintes et des suppressions, des tabous et des interdictions parfois héréditaires ou partagés par toute l’humanité. (….) Possible matérialisme, quête patiente de l’enrichissement, de la domination et de la réussite. » Extrait de L’astrologie et la mécanique de la pensée (Saturne/Pluton en aspects dissonants)

(3) Le carré Uranus/Pluton réapparaitra une dernière fois de début janvier 2018 à la mi-mars de cette même année.

(4) L’astrologie et la mécanique de la pensée (Uranus/Pluton en aspects dissonants) 

(5) Ibid. (Pluton, l’alchimiste). 

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.