samedi, novembre 10, 2012

Des méfaits de la croyance

J'apprécie beaucoup un échange de vues dynamique avec un sceptique qui déclare sans détour que l'astrologie le fait doucement rigoler, qui argumente  finement, fait preuve d'intelligence et pourquoi pas d'humour. C'est instructif parfois et rafraîchissant toujours si l'on sait se moquer de soi-même. Je déteste par contre les gens qui m'agressent avec un:
- L'astrologie j'adore ça, je lis mon horoscope tous les matins!
Ou encore:
- J'y crois totalement!
Il me faut leur expliquer que la croyance est l'ennemi mortelle de l'astrologie et un frein sévère à l'intelligence!
Mais soyons clairs, croire ou ne pas croire sont les deux faces d'une même pièce enfouie dans la poche de ceux qui refusent de penser, d'explorer, d'expérimenter.
Et puis il y a ceux qui sont assez naïfs et insécurisés pour s'enfouir jusqu'au cou dans la croyance, puis assez frustrés et toujours aussi insécurisés pour réfuter avec virulence cette même croyance qu'ils défendaient la veille becs et ongles.
 
Un tel oiseau pas si rare que ça existe au bout de ce lien
 
Caroline Evanesse, auto-baptisée « astrologue repentie » a pondu ce texte extraordinaire riches en perles diverses, qui a l'avantage de démontrer qu'il existe tout un monde au sein duquel l'astrologie est étudiée et enseignée n'importe comment et par n'importe qui, puisque hélas chacun a le droit de se déclarer astrologue sans encourir la moindre poursuite. Caroline d'ailleurs n'hésite pas à se nommer elle-même astrologue (quoique repentie), alors qu'on réalise dès les premières lignes que ses connaissances en la matière sont extrêmement maigres et entièrement biaisées.
Ca ne l'empêche pas de s'en prendre avec véhémence à l'astrologie, un peu comme si elle avait étudié l'art de guérir avec un charlatan et qu'ensuite elle s'en prenne à la médecine.

Extraits choisis et  commentaires:

Une ex-astrologue raconte ce que les voyants ne vous disent pas.
 
On commence sans complexe par une assimilation voyance et astrologie….

La croyance en l’astrologie est indissociable de la croyance en des Dieux tout puissants ou des forces occultes diverses qui tiendraient le destin des êtres humains entre leurs mains.

Et depuis quand? qu'en est-il de l'astrologie savante, des milliers d'adeptes qui considèrent l'astrologie comme un outil de travail, un moyen de comprendre et d'agir sur les mécanismes de la destinée prenant pour principe de base que le caractère est la destinée?

A partir du moment où vous croyez en l’existence d’un Destin, (qu’il soit écrit dans les astres ou pas), le but de l’existence se borne à accepter les événements comme ils se présentent, sans chercher à les changer.

L'astrologie serait ainsi liée à la croyance au Destin (avec majuscule), et à la décision de ne rien faire pour le changer?! N'est-ce pas exactement le contraire? On doit différencier la destinée (la destination personnelle, le scénario de notre existence, sa finalité peut-être) et l'ombre écrasante d'une fatalité suspendue au-dessus de nos têtes dès notre naissance, le fameux Fatum. Si la notion de destin s'oppose à celle du libre arbitre, défendue de tout temps par les véritables astrologues, l'astrologie véritable, intelligente, profonde est un outil qui permet d'optimaliser la destinée en comprenant entre autres les rouages et les engrenages de nos personnalités.

Comme il est impossible de s’abstenir complètement d’agir, il convient de ne le faire qu’avec l’autorisation des astres, les augures ou de votre gourou.

Si vous faites de la voile vous jouez avec le vent: il en est de même en ce qui concerne les significations planétaires. Pourquoi parler d'autorisation? Et en ce qui me concerne plus de trente ans d'astrologie, 15 ans d'Asie dont dix en Inde et jamais eu de gourou! cherchez l'erreur.

Cela n’a pas été très efficace puisque 2000 ans plus tard l’astrologie est toujours là. La plupart des amateurs d’astrologie que j’ai rencontrés étaient chrétiens et avaient été marqués par une éducation religieuse ; tous croyaient en Dieu:

« L'église primitive a rejeté l'astrologie. Au concile de Laodicée (345), l'astrologie a été interdite et les astrologues exclus du clergé (canon 36). Les attaques d'Augustin (354-430) contre l'astrologie sont restées célèbres. Il y avait cru avant sa conversion, mais une fois chrétien, il se mit à s'y opposer fermement. (Saint Augustin, confessions, Les Belles Lettres, Paris, 1969, Livre quatrième, III, 4-6, p.68ss) Luther et les autres réformateurs suivirent l'exemple d'Augustin et tinrent l'astrologie pour une forme de divination satanique » (citation à lire ici)
 
Ainsi Saint-Augustin trouva d'abord sa sécurité psychologique dans la croyance en l'astrologie, puis l'ayant ensuite remplacée par la foi chrétienne il s'attaqua à ses premières amours comme notre astrologue repentie. Il est fascinant de constater que ce site évoque l'étoile de Bethléem comme une réalité incontestable, mais conteste que ça ait pu être une conjonction Jupiter/Saturne, une illustration parfaite des méfaits de la croyance.

Les arguments scientifiques ne portent pas parce qu’ils se heurtent à une croyance. Dès le début de mes études, j’ai eu connaissance de ces arguments, notamment le fait que les signes du zodiaque sont décalés par rapport aux constellations d’étoiles phénomène connu sous le nom de «  précession des équinoxes ». Cela n’a eu aucune incidence sur ma croyance.

Caroline qui a donc étudié l'astrologie pendant 12 ans ignore encore la différence entre signes et constellations?!!? En ce qui concerne les scientifiques on ne souligne pas suffisamment souvent que Newton, Tycho-Brahé ou Kepler pour ne citer qu'eux pratiquaient l'astrologie avec enthousiasme.

(….) puisque c’était dans mon thème astral, j’étais responsable de cet échec ; mon astrologue ne manqua pas de me le faire remarquer en me disant que le carré de mon Mercure à Pluton qui me rendait trop négative devait être dépassé qu’il me fallait persévérer, insister etc.

Voici le nœud du problème bien sûr, l'astrologue de Caroline qu'elle surnomme son astrologue favori (son gourou en quelques sortes), semble être un vrai demeuré.

(….) l’astrologie relevant d’une croyance, les croyances étant souvent la ruine de la raison, peuvent vous inciter à commettre des actes délirants,  les exemples dans l’histoire ne manquent pas…

Nous sommes d'accord! Croyance égale ruine de la raison bien sûr, sauf que (insistons) l'astrologie ne relève pas de la croyance. Personnellement et je pense que c'est un fait pour de nombreux astrologues, ce sont les expérimentations qui se sont imposées à ma grande surprise, comme ce fut d'ailleurs le cas pour Kepler (pas la moitié d'un con) qui écrivit : « Vingt années d'études pratiques ont convaincu mon esprit rebelle de la réalité de l'astrologie »

(…..) Cet homme était un authentique réactionnaire hostile aux valeurs des Lumières à la démocratie, aux droits de l’Homme, au progrès scientifique et à l’émancipation des femmes. Il était favorable à la restauration de la monarchie absolue de droit divin……  A l’époque, je n’ai absolument pas perçu que cette philosophie de la vie était directement liée à sa pratique de l’astrologie.

Là Caroline va très loin. Souvent de natures uraniennes beaucoup d'astrologues révèrent autant la liberté que les progrès scientifiques et techniques. Au début de notre histoire ils étaient forcément astronomes et durent tout inventer (techniques d'observation, mécanique céleste, trigonométrie….). Ces dernières années ils se sont jetés comme des loups sur l'informatique (la meilleure chose qui soit arrivée depuis de nombreux siècles, car nous permettant des calculs rapides et rigoureux d'autant que l'astrologie souffrit beaucoup au cours de son histoire de l'imprécision des calculs… ). Pour le reste je suppose qu'il y eut de tout dans nos rangs, machos, féministes, royalistes, démocrates, anarchistes libertaires, etc …. . et certains de nos meilleurs astrologues sont des femmes.

Terminons sur ces considérations aberrantes d'astrologie médicale, une partie de l'astrologie qui à mon sens appartient à la recherche et est bien entendu à manier avec beaucoup de prudence:

(...) cet homme souffrait du dos (…..)  Il consultait donc un naturopathe qui n’était autre que son ami astrologue. Il allait régulièrement chez un ostéopathe ou autre « pathe » quelconque mais il souffrait toujours. Un jour, il disparu de la circulation et nous finîmes par apprendre ce qu’il était advenu de lui. Il était mourant à l’hôpital.
Les examens montrèrent que son mal de dos venait des métastases d’un cancer du poumon trop avancé pour être traité. Il devait mourir dans de terribles souffrances quelques semaines plus tard. Et bien personne n’avait prévu cet événement tragique ! Son ami astrologue et naturopathe prétendait que ses soucis de santé étaient dus au stress, à un transit de Pluton générateur d’angoisse sur son Saturne natal gouvernant le squelette.

Que conclure de ce paragraphe édifiant?
- L'astrologue favori de Caroline (qui n'hésite pas une seconde à ranger naturopathe, ostéopathe, voyants et astrologues dans le même panier!) est un danger public, manipulateur ignare et mythomane,  charlatan professionnel, on commençait à s'en rendre compte.
- Ce malade (RIP), désolé de le dire, ne brillait pas par son intelligence non plus, surtout s'il était lui-même astrologue!!
 
On peut parier qu'aucun des membres de ce petit groupe remarquable par sa naïveté et son ignorance ne sut jamais interpréter correctement un thème astral!

Cela nous ramène à notre point de départ : tant que l'astrologie ne sera pas reconnue comme une véritable discipline, nécessitant de sérieuses études et des professeurs qualifiés, on risque de tomber sur ce type d'aberration.


CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.