mercredi, avril 24, 2013

L'éclipse de Lune en Scorpion

Pleine Lune en Scorpion partiellement éclipsée le 25 avril 2013 à 21h57'30 (calculée pour Paris, France)

Il y a moyens différentes façons d'interpréter une éclipse. En occident les configurations astrales, aussi difficiles soient-elles, sont considérées comme une occasion de se restructurer, d'améliorer son intuition, de se spiritualiser peut-être et surtout de s'engager à fond dans la voie du développement personnel. Le coté tangible de l'astrologie qui correspond pourtant bien plus à la réalité vécu par une écrasante majorité (la crise, le durcissement social, le matérialisme ambiant, les rapports conflictuels, la violence permanente, la corruption, les désirs exigeants et les inévitables frustrations) est souvent laissé de coté. On lit sur le Net un bon nombre d'analyses en ce genre à propos de cette pleine Lune en Scorpion partiellement éclipsée, alors qu'elle est très loin d'être rose et même pourrait-on dire potentiellement dangereuse: les deux luminaires en opposition sont conjoints à Mars et à Saturne également en opposition, figure de guerre intérieure avec de possibles répercussions extérieures.

Situations et aspects les plus marquants: la pleine Lune en Scorpion est la plus intense de toutes. Si elle permet de plonger dans les profondeurs de soi et d'approcher au plus près ses obscurités intérieures à des fins possibles de transmutation, elle est d'une nature tourmentée et obsessionnelle: la sérénité est particulièrement difficile à atteindre.

- Elle sera demain 25 avril conjointe à Saturne, ce qui encourage effectivement le sérieux de la réflexion et pousse au retrait et à l'introspection. Mais cet aspect  symbolise aussi la froideur, l'indifférence et des craintes profondes qui assaillent le mental. Le passé personnel intervient négativement.
- Son opposition à Mars complique singulièrement la situation, puisqu'elle éclaire, actualise, renforce l'opposition Mars/Saturne toujours pénible : le désir (Mars) se heurte à l'obstacle et au temps (Saturne) et provoque des frustrations!  La capacité d'action est enlisée et bloquée par des circonstances adverses (attention aux déplacements, aux retards, aux accidents…. cultiver la patience à tous prix!!)
- Ajoutons que l'affliction Lune/Mars excite la pensée, la tourne vers le désir, l'insatisfaction et la durcit dans le conflit intérieur.
- Le Soleil conjoint à Mars annonce de son coté l'énergie, l'ambition et les efforts en ce sens mais aussi l'agressivité et la révolte contre les autorités. Saturne en face refroidit la passion tout en la durcissant tangiblement. Il bloque, contracte et mène au point de rupture toujours possible. La frustration et la violence sont des conséquences tout à fait envisageables, d'autant que Mars maîtrise cette pleine Lune.
- Le Soleil opposé à Saturne s'associe il est vrai au sérieux et à la détermination mais les deux mouvements (Mars/Saturne)s'opposent, responsables de tensions intérieures qui à l'échelle de 7 milliards d'être humains ont des chances de se matérialiser extérieurement en de nombreux endroits (dans les couples et les familles, dans les rues et bien entendu dans les lieux spécialement marqués comme la Syrie par exemple).
- Vénus chez elle en Taureau, maîtresse du Soleil et de Mars, conjointe à Ketu ne peut que souffrir de cette situation : la tendresse, la beauté et l'amour sont malmenés par le désir (Mars), la froideur et l'indifférence (Saturne), les préoccupations mentales obsessionnelles (Lune en Scorpion en opposition) et de possibles évènements ou atmosphères passés, qui remontent en surface (Ketu).
- Vénus toujours en relation avec la vie sentimentale indique (à moins de renonciation) des déceptions, des passions tourmentées et des germes de séparation. Il est vrai que sa proximité au Soleil offre des voies à la lumière et peut-être même à la venia, mais il faudrait pour cela résoudre les problèmes Mars/Saturne.

Ketu et l'éclipse:
L'éclipse en elle-même ne fait que rendre la situation plus difficile, figeant dans le temps certains des éléments  dont on vient de parler et créant un déficit de lumière qui n'aide pas à vaincre l'attachement, bien au contraire.
On sait les Nœuds lunaires intimement connectés astronomiquement et astrologiquement aux éclipses. Celle-ci est partielle et les Nœuds sont assez éloignés des luminaires mais cela n'empêche, il y a fixation des problèmes exposés ci-dessus.
Ketu, le Nœud Sud de la Lune, joue évidemment un rôle central, parce conjoint à Vénus, un aspect pas toujours facile à vivre (présent au natal dans le thème de Mohammed Merah).
Cet aspect peut se traduire en évènements, voire en bouleversements, car les Nœuds symbolisent beaucoup l'émergence de la destinée : tout en étant farouchement opposé au fatalisme astral, je pense que les Hindous ont raison lorsqu'ils prétendent que les Nœuds sont les lieux où le libre arbitre est au plus faible. Non que nous ne puissions rien faire, puisque l'attitude intérieure prévaut éventuellement, mais les liens collectifs sont si complexes que nous sommes forcément et souvent atteints par ce biais.
En tant qu'individus, il s'agit d'éviter les pièges du passé (de ce qui a été figé) relatifs aux émotions et aux mémoires obsessionnelles mais aussi d'avoir suffisamment de vigilance pour éviter la création de nouveaux schémas mentaux.
Il est également conseillé de se méfier des inflammations vénusiennes et marsiennes (désir, sensualité, passion aveuglante, possessivité, attachement, jalousie …) capables de générer de vrais perturbations relationnelles quand ce n'est pas pire (brutalité, violences domestiques, viols, crimes passionnels...). Entre l'éclipse et Saturne les chances de sérénité et de bonheur sont minces et mieux vaut tourner l'esprit dans d'autres directions, moins obsédées par la quête des sensations, ou sinon, lorsque les circonstances s'avèrent trop adverses, renoncer. On n'oublie pas que les significations des éclipses, en tant que conséquence d'actes, de paroles ou de décisions, sont souvent lisibles des mois plus tard.

Que faire?
- Grimper sur la montagne (Saturne) et servir (Mars): la montagne en question est avant tout intérieure, quoique si l'on peut se le permettre il est conseillé de sortir marcher ou méditer sous la voûte céleste.
- L'essentiel est de prendre du recul (les hauteurs montagneuses) et d'accepter la loi de Saturne qui est la renonciation, afin de désamorcer les désirs et la dureté de Mars et de lui permettre d'exprimer l'esprit chevaleresque qui est le meilleur de lui-même. Transmuter ainsi le guerrier en serviteur.
- Le guerrier ne doit pas disparaître mais s'intérioriser. La Lune du Scorpion est celle des désirs, des craintes, des tourments et des obsessions, mais également celle des chamans, de l'intensité spirituelle et de la libération définitive de la peur : elle offre l'occasion, avec l'aide de Mars, d'affronter ses propres peurs, le seul combat véritable qui soit à mener.
- Pour réussir on doit user de Mercure (le comment penser) en Bélier, chez Mars donc, énergique et courageux, encore assez proche d'Uranus (l'éveil et la capacité révolutionnaire) et au sextile de Jupiter en Gémeaux (l'étude, l'expansion mentale et le sens de la justice), pour comprendre et agir correctement.
- L'intellect (Mercure) est ici le conducteur du char solaire (la lumière) qui a fort à faire avec Saturne et Mars. Il est aussi le guide des âmes (le psycho-pompe) qui traversent les enfers (le Scorpion) et leur évite tout mal.
- Tant que faire se peut on doit également user de Neptune, harmonieusement placé par rapport aux acteurs majeurs de cette Lune éclipsée, signifiant l'inspiration et une empathie signifiante envers la société (le monde c'est moi et le travail que je fais sur moi profite au monde entier) ainsi que la compassion bien évidemment indispensable.
- Pluton, l'autre maître du Scorpion ne doit pas être laissé de coté, d'autant qu'il soutient Saturne au sextile et Vénus au trigone : il représente ici, pour ceux et celles qui le souhaitent la possibilité d'exprimer les traumatismes anciens (Saturne/Lune et Ketu) dans les limites du raisonnable et sans auto-destruction, afin de régénérer les processus de la pensée et de détruire possiblement les attachements.
- C'est bien le sujet de cette méditation : le Scorpion s'attache terriblement, de même que la Lune lorsque Saturne l'afflige et bien entendu les Nœuds lunaires, qui fixent les émotions et les mémoires douloureuses ou tourmentées. Celles-ci ont la capacité par la suite de se matérialiser, d'apparaître sous forme d'évènements qui brisent quelquefois les destinées.

Cette Lune en Scorpion, éclipsée, malmenée par Mars et Saturne nous enseigne ainsi à  travailler sur la matière même de la vie, en la pénétrant, en la pétrissant, en tentant de comprendre sa substance. Le chemin est difficile, parsemé de craintes et grouillant d'effrayants démons intérieurs. Il s'enfonce douloureusement dans nos obscurités, mais c'est ainsi qu'éventuellement nous trouvons la lumière.



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.