vendredi, septembre 30, 2016

Supplique à Jupiter en Balance


« Jupiter, le roi du ciel, provoque l’expansion de l’esprit par l’étude, le voyage, le cosmopolitisme, la philosophie et la spiritualité. Il symbolise l’envol de l’esprit vers les idées pures et les abstractions. Compatissant et humaniste, associé aux explorations aventureuses des pays lointains comme à celles des vastes espaces intérieurs, il conduit normalement vers une libération des geôles physiques et psychologiques ». 


Dans L’astrologie et le sens de la vie il a été question de la façon dont la science des astres sait éclairer l’esprit et vivifier le coeur parce qu’elle offre une identité cosmique à l’individu-fourmi égaré dans les infinités de l’univers tout en soulignant la question de la finalité de son existence. Elle n’est pas une croyance, celle-ci est même son ennemie mortelle, mais sa véracité, qui crève les yeux dès qu’on s’y intéresse sérieusement, nous ramène sans cesse aux plus anciennes questions sur lesquelles réfléchissent les sages et les philosophes depuis la nuit des temps : la conscience, la mort, l’amour, la peur, la divinité et ainsi de suite …. 

Et lorsque nous remontons aux origines des terribles maux qui tourmentent nos sociétés, de la brutalité inhumaine à la  destruction incessante de la nature, que nous réalisons qu’elles tiennent toutes entières dans nos mentalités étroites de plus en plus indifférentes à la vie et à l’amour, nous réalisons combien ces explorations sont précieuses. L’avidité, l’intérêt personnel, l’égoïsme, la dureté, l’indifférence et surtout la peur, notre compagne commune et secrète, sont responsables de cette période difficile et ne nous leurrons pas, dangereuse, que nous traversons (1). Or malgré notre sophistication et notre modernisme, nos progrès dans le cadre de la psychologie et des neurosciences et ne l’oublions pas, nos millénaires d’investigations astrologiques, nous n’avons pas fait le moindre progrès les concernant. 

Qu’y peut Jupiter? 

Associé à l’expansion de la conscience, à la compassion, à la philosophie, à la tolérance, aux opportunités favorables et à la sérendipité, Jupiter maître du Sagittaire et des Poissons maîtrise les grands voyages dans le monde et les grands voyages intérieurs. En quête de justice et de spiritualité, il nous soutient dans nos confrontations avec le gardien du seuil, le dragon de la peur. 

Ce n’est pas qu’il ne puisse causer de soucis : « Quoique Jupiter protège et favorise, il amplifie tout ce qu’il touche en bien comme en mal. La quête du plaisir avec Vénus, la colère avec Mars ou le tempérament révolutionnaire avec Uranus » (2). Il symbolise cependant le Feu philosophique, soit la capacité de s’interroger sur la finalité de la vie. Il favorise l’optimisme, la convivialité, la générosité, l’étude et la culture, l’entraide, les organisations sociales et les réseaux relationnels, l’altruisme, le pacifisme, la médecine, la confiance en soi et dans les autres, la facilité matérielle, les circonstances propices, la chance pure et la sérendipité. En bref tout ce dont nous manquons cruellement.

Jupiter en Balance

Entré en Balance le 9 septembre dernier, Jupiter y transitera jusqu’au 10 octobre de l’an prochain. La Balance qui appartient à Vénus est diplomatique, désireuse de rechercher des solutions fondées sur l’entente, la gentillesse et l’amour, états d’esprit qui valent mieux sans doute que la colère et la confrontation chères à Mars et qui semblent ne pas vouloir nous quitter.  
On dit de Jupiter en Balance qu’il fait l’humeur douce et tempérée, sincère, sérieuse, ardente, gentille, sociale et serviable. Que la compassion et l’imagination sont renforcés de même que l’amour de la paix, de la justice et de l’harmonie, de la philanthropie, des voyages, de la musique, de l’art et des loisirs culturels et qu’il permet de bénéficier des philosophes et « des êtres spirituels ». (3) Ce ne sont que des traits généraux, mais on comprend que ce transit pourrait aller dans le bon sens : gardons le conditionnel, car tout dépendra de la façon dont nous gérerons ses aspects.  

Les aspects de Jupiter  

Ce dernier trimestre 2016 et les deux tiers de l’année 2017 verront à certaines périodes Jupiter aspecter Pluton (carré), Neptune (quinconce), Uranus (opposition) et Saturne (sextile) pour ce qui est des astres les plus lents. 

Avec Pluton : carré de la mi-octobre 2016 à la mi-septembre 2017 

Pluton symbolise la crainte de la mort et les terribles efforts que nous faisons pour lui échapper, afin d’oublier, de ne pas réfléchir à cette fin annoncée, à cet anéantissement de nos moi auxquels nous tenons tant. Qu’il s’agisse d’argent, de pouvoir, d’obsessions, de recherche d’intensité, c’est la mort que nous fuyons. Pluton transite le Capricorne avec lenteur, favorisant l’ambition et le matérialisme comme solutions pour se dépêtrer de nos craintes primordiales. Il sort à peine d’un carré qu’Uranus lui a adressé 5 ans durant, corrompant les essais de révolutions humanistes (4). 

Ce prochain carré de Jupiter à Pluton pourrait amplifier un peu plus le matérialisme et la quête des sensations et ainsi épaissir le moi. Un effort est nécessaire pour nous permettre d’inverser la proposition et de se demander comment le pouvoir même de la matière, de l’argent, peut soutenir Jupiter dans son rôle de grand compatissant? C’est aux puissants de ce monde de faire les efforts nécessaires certes, de la façon la plus authentique possible et sans se laisser corrompre par le processus, mais simultanément chacun d’entre nous, aussi infimes et anonymes soyons-nous socialement, avons des efforts à faire. Le matérialisme (le culte de la matière), est à comprendre philosophiquement et spirituellement dans ce cadre de la fuite de la mort. Faisant appel aux qualités philosophiques et spirituelles de Jupiter, nous avons tous les moyens d’aider le monde à croître dans la bonne direction. 

Avec Neptune : quinconce du 10 octobre au 6 novembre 2016 et du 21 avril au 30 juillet 2017 

L’astre de l’empathie échappe bientôt aux griffes de Saturne (vers la mi-novembre) : on a vu comment le carré de ces deux astres  a eu des répercussions mondiales parfois catastrophiques, renforçant la rigidité mentale dans le cadre religieux par exemple. 
Le quinconce est un aspect évolutif, qui nécessite quelques efforts pour se déployer favorablement. Jupiter et Neptune, les deux maîtres des Poissons, ont une belle carte à jouer pendant le temps qui leur est imparti. L’essentiel est d’éviter l’illusion (Neptune) car celle-ci devient facilement un rempart contre l’insécurité et l’incertitude. De même on se méfiera des faux-prophètes, soient-ils religieux ou politiques.

Par contre, tous deux liés à la spiritualité, c’est-à-dire à la quête de la dissolution du moi dans l’accalmie de la pensée, les deux astres oeuvrant ensemble favorisent la compréhension de nos problèmes fondamentaux liés aux émotions. Pour être écartée, la peur demande qu’on ne lui offre aucune résistance. Il ne s’agit pas de se dissimuler derrière une foi ou une croyance, mais d’aller la débusquer (Jupiter) au plus profond de soi et de la contempler fermement, courageusement, dans un parfait non-agir (Neptune). Elle est la gardienne du seuil qui permet d’acquérir lumière et vérité, mais elle doit pour cela être transformée en énergie pure, ce qui est sa véritable nature. C’est donc dans l’absence de toute résistance que la substance même de la peur se révèle et  étonnamment nous ouvre à l’amour. Active jusqu’à la mi-février 2017, il est possible que profitant des ouvertures de ce quinconce, la conjonction Ketu/Neptune, révèle aux explorateurs (Jupiter) des contrées intérieures, certaines de ses significations les plus mystérieuses. 

Avec Uranus : opposition de la mi-novembre 2016 à la fin avril 2017 puis de la fin août à la fin octobre 2017

L’éveilleur qu’est Uranus est notre outil privilégié, notre instrument de précision, celui qui permet la compréhension, la perception directe de la vérité. Si nous ne progressons pas face à la peur c’est parce que l’intellect, la pensée, l’analyse, ces instruments mercuriens, voire même l’introspection saturnienne sont impuissants. Certes ils nous aident à définir, à cerner, à délimiter, à creuser, à approfondir, mais ça n’est pas suffisant. C’est en réussissant à aller au delà de l’analyse et de la pensée, en touchant à des zones plus profondes et plus silencieuses de nos esprits que nous pouvons vraiment comprendre la peur ou l’avidité et saisir ce qu’elles sont en réalité. L’opposition de Jupiter à Uranus peut-être un bienfait, car l’esprit révolutionnaire et l’intuition sont fortement amplifiés. Il faut cependant là aussi une orientation spirituelle, afin d’éviter le fanatisme ainsi que le veut la nature radicale d’Uranus. Mais si l’orientation est correcte, alors rien n’est impossible et la conscience de l’humanité peut faire un véritable bond en avant.

Avec Saturne : sextile du 7 octobre 2016 au 12 mars 2017 puis de la fin juillet à début octobre 2017  

C’est l’une des bonnes nouvelles des mois qui s’annoncent, nous seulement Saturne s’installe au trigone d’Uranus à la mi-novembre pour 13 mois, mais Jupiter et lui s’adresseront deux longs sextiles, alliant les deux astres dans leur capacités d’inspiration et de compassion (Jupiter) et de force mentale et de structuration (Saturne), ce dernier transitant le signe de Jupiter, le Sagittaire lié à la justice, au voyage et à la philosophie. Comme rien de grand ni de sage ne se construit sans Saturne, on peut être raisonnablement optimiste et penser qu’au moins une partie d’entre nous progressera dans la bonne direction. Il reviendra à Jupiter de convoquer le « bon »Saturne, c’est-à-dire le sage, en nous aidant à comprendre comment il a souvent fort à voir avec la peur et la frilosité, s’associant ainsi aux frustrations, à l’égoïsme, à la rigidité mentale et aux contractures du coeur, alors que nous avons besoin de souplesse, de liberté, d’ouverture et de « lâcher prise ». Saturne quant à lui rendra la pareille en inspirant des conditions nécessaires au déploiement de l’intelligence telles que la simplicité et la tempérance.

Mars, Vénus et les autres ….

Le paysage astrologique change sans cesse ce qui réclame un éveil quotidien :  très liée aux préoccupations et à l’humeur mentales la Lune progresse d’un degré toutes les deux heures environ, dessinant chaque jour un certain nombre d’aspects. 

Pour ce qui est de Jupiter on sait que ses participations à la géométrie céleste amplifient. Ainsi, par exemple, Mars transite en ce moment à son carré  jusqu’au 21 octobre environ : la colère, le désir ardent, la témérité et l’impulsivité ne sont pas de reste (les bombardements d’Alep y sont liés). On essaiera pourtant de profiter de Mercure qui, du 7 au 16 octobre se conjoint à Jupiter, favorisant les rencontres, les études, la communication, les voyages, la chance …. Et dès le 20 octobre Vénus lui adressera un sextile jusqu’au 1er novembre, aspect propice en tous points, favorisant l’amour, le culturel, et l’artistique … 

Terminons en notant que cet article est rédigé en pleine conjonction Soleil/Jupiter (active jusqu’au 11 octobre), aspect lié à la droiture, à  la justice, à la lumière, à l’optimisme, à la quête des idéaux et à la réussite. Ce rapide tour d’horizon semble d’ailleurs indiquer que les temps qui viennent pourraient apporter un peu de lumière. Jupiter est le roi du ciel : le sage et le dicton populaire disent: « aide-toi, le ciel t’aidera ». 


(1) De nombreux chercheurs étudiant le réchauffement de la planète pensent que nous atteindrons « the climate tipping point », c’est-à-dire le point de bascule climatique vers 2035, menaçant la civilisation humaine car il deviendrait impossible de revenir en arrière.  


(3) Cf. Llewellyn dans « A to Z astrology horoscope maker and delineator » … L’auteur y parle aussi de possibles problèmes légaux, de procès, d’ennemis déclarés, de trahison de la part des femmes, d’amis ou d’associés. Point de vue intéressant si l’on se réfère au thème astral de Nicolas Sarkozy, avec Jupiter qui transite actuellement sa maison I (amplification du moi), en opposition à son Mars en Bélier dans la VII (les ennemis déclarés). 

(4) Pluton incarne le transhumanisme qui s’est fort développé lors du transit de 5 ans d’Uranus à son carré. Il s’associe à l’hérédité et à l’immortalité du corps alors qu’Uranus favorise les technologies nouvelles. Ces orientations ne sont pas nocives en soi, mais dans le cadre du carré elles ont encouragé l’humain à jouer la carte de la matière plutôt que celles de l’intelligence et du coeur. 


CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.