lundi, octobre 01, 2012

Saturne en Scorpion mode d'emploi


Le 5 octobre 2012 Saturne entre en Scorpion jusqu'au 23 décembre 2014. Il y retourne  en phase rétrograde le 15 juin 2015 puis le quitte pour le Sagittaire le 18 septembre 2015.

Il ne faut pas s'attendre à ce que nos vies en soient radicalement changées. Si de puissantes vagues de fond vous ébranlent, comme cela nous arrive à tous de temps à autre celles-ci seront liées aux caractéristiques de votre thème et aux aspects qu'ils recevront de Saturne (ou d'Uranus, de Neptune….). Et quoique le Scorpion ait fort à voir avec la mort, il y a peu de chance que la fin du monde nous tombe dessus malgré les prophéties fantaisistes très à la mode.

Il n'empêche que Saturne est lié au temps chronologique, à la durée, mais également surtout au temps psychologique, mental, celui qui emprisonne nos pensées dans le passé ou qui les projette dans le futur mais qui jamais ne leur accorde l'accès à l'instant présent. L'instant présent c'est la dissolution de la pensée.

En ce sens Saturne en Scorpion s'associe à la mort. C'est-à-dire à la fin de la pensée, à son arrêt momentané qui est une des définitions les plus précises et les plus profondes de la sagesse : ni espoirs, ni regrets, mais la vie profonde, intense, qui bruisse et s'écoule magiquement. C'est pourquoi malgré l’appartenance du Scorpion à Mars, ce qui en fait malgré tout un territoire hostile, Saturne, si l'on sait s'y prendre s'y épanouit plutôt bien. Sa nature sérieuse emporte vers des choix de vie profonds, lucides, dédiés à la quête de la vérité. Il entraîne aussi obligatoirement vers l'occultisme, les facultés psychiques, l'au-delà du matérialisme et l'exploration de la mort. Si l'on sait s'y prendre dis-je car on ne peut oublier l'autre face d'un Saturne en Scorpion mal intégré, bloqué par les craintes, le cynisme, l'égoïsme, les passions et les tempéraments violents et les pensées obsessionnelles.

On doit d’ailleurs se rappeler que Saturne, heureusement moins diabolisé que par le passé, n’est pas juste un symbole. On a avec raison écarté le terme de maléfique à son sujet, mais cela n'empêche : un Saturne tendu, rendu défavorable par des carrés, des oppositions ou des parallèles de déclinaison est difficile à vivre et s’associe à la maladie, au danger, à la mort et à la misère, à la frustration, à l'isolement et à l'emprisonnement, à des contraintes diverses et à toutes sortes de désagréments. On sait que sa fonction naturelle est de purifier afin que nous puissions comprendre et approfondir la vie. On sait qu’idéalement il s'associe à la simplicité, à l'austérité, à la discipline vécue sans conflit, à la patience, à la détermination et à la persévérance. Idéalement.

Il s'agit donc pour les temps qui s’annoncent de tirer la quintessence de ce Saturne en Scorpion. Nous sommes tous concernés par ce transit qui pourrait nous rendre bien des services. Nos sociétés plutôt laides et notre planète si abîmée ont besoin de Saturne :  sans lui, sans la simplicité et la sagesse qu'il représente nous sommes prêts à sombrer.

Comprendre et user correctement de Saturne en Scorpion passe par différentes approches:
- La mort : demandons nous pourquoi Yama, le dieu de la mort des Hindous est aussi le maître de la sagesse? N’est-ce pas parce que le « moi » égoïste doit mourir ? Parce que le flot des pensées doit s’apaiser, perdre son centre afin que nous nous rencontrions nous-mêmes. Afin que nous connaissions la sérénité. Le silence de l'esprit c'est la mort derrière laquelle se cache l’intelligence.

- Le désir : le Scorpion, signe fasciné et effrayé par la mort, la recherchant et la fuyant tout à la fois, se réfugie dans la quête des sensations intenses, d'où son attrait particulier pour le sexe et le pouvoir. Avec l’aide de Saturne, dont le rôle est de nous apprendre à méditer, demandons-nous si c'est parce que nos vies intérieures sont si ternes, si étroites que le sexe et le pouvoir y prennent autant d'importance, jusqu'à devenir obsessionnels? Il ne s'agit surtout pas de moraliser, d'autant que la vie sexuelle est importante, saine et normalement (idéalement encore!) associée à la beauté et à l’amour. L’objectif est d’échapper aux interdits comme à la permissivité et ainsi à l’autodestruction (physique, mentale, émotionnelle, spirituelle), une spécificité liée aux valeurs Scorpion.

- La peur qui est notre ennemie héréditaire est puissante en Scorpion et Saturne si l’on n’y prend garde la renforce. Elle se nourrit de la dérobade du mental face à la réalité de la mort et de la quête permanente des sensations. Tant que la peur est présente, il n'est pas de sagesse, de méditation, d'amour, de sérénité. Il n’est pas de vrai bonheur. Saturne en Scorpion offre l’opportunité de vaincre la peur, de nous initier à une vraie sagesse pratique, applicable à la vie quotidienne, afin que nos esprits puissent s'ouvrir et se réaliser. Cesser de fuir dans la recherche des sensations. Se tourner vers la compréhension des mécanismes de la peur, non dans ses causes individuelles, événementielles, passées, figées dans nos mémoires et transportées comme des boulets, mais dans sa substance. Comment se nourrit-elle? de quoi est-elle faite? quelle relation entretient-elle avec la pensée? avec le temps? avec la mort? peut-on s'en libérer?

Le point de vue  de l'individu: tous ceux qui s'intéressent à l'astrologie cherchent à calculer l'impact de ce transit sur leur thème natal. C'est normal puisque l'astrologie aide à s'harmoniser avec les mouvements célestes, surtout lorsqu'il s'agit de Saturne qu'on doit toujours accompagner et ne jamais combattre. Combattre Saturne revient à se combattre soi-même, on est perdant à tous les coups.

Revenons à certains principes de bases:
- Les natifs du Scorpion verront à un moment donné Saturne transiter sur leur Soleil natal pendant environ une année. Si l’on perd un peu de son éclat extérieur, on assiste normalement en contrepartie à un approfondissement de la conscience. Comme Saturne est incontournable, le mieux est de lui obéir. Il réclame un bilan, une vue globale sur l’existence et quelques pas vers l’éveil. S’il n'empêche nullement de vivre, de jouer et d'aimer il demande un peu de retrait, de calme, d’éloignement, un esprit qui sache régulièrement s'éloigner du trivial et provoquer des moments féconds où il plonge en lui-même. Ainsi Saturne se révèle bénéfique, car il offre à l’esprit l’accès à des espaces difficiles à percevoir et à explorer. Abreuvée à des sources plus profondes, la joie de vivre (associée au Soleil) en est doucement affermie. Le refus de ce mouvement saturnien par contre (matérialisme à outrance, recherche éperdue du plaisir, peur de se regarder en face) menace de déceptions, de frustrations, de contractions mentales, de disettes financières, d’ennuis variés, de séparation, d'isolement et surtout d’un assèchement prononcé de la joie de vivre. Coté santé, dans tous les cas le cœur et le dos sont à surveiller. Selon les circonstances personnelles un deuil est parfois envisageable.

- Les AS Scorpion voient leurs comportements se « saturniser » : le sérieux de la vie, la perception de la solitude, même s’ils sont bien entourés les préoccupent. Ils cherchent à construire, à bâtir, à établir une sécurité matérielle tangible, concrète. C’est le moment de réfléchir, de comprendre que la sécurité n’existe pas. Le corps (la façon dont on le traite est très liée à l’AS) doit être purifié, la substance et la santé privilégiées à l'apparence. Le refus d’une certaine introversion est défavorable, car aller contre Saturne c'est aller contre le mouvement profond de la vie. Attention par contre aux manifestations défavorables d’un AS (le moi, le comportement) insécurisé par Saturne et ainsi égoïste, associé au durcissement, au repli sur soi, à la frilosité, à la culpabilité, au désamour de soi (spécialement en Scorpion), tendances négatives qui éloignent les opportunités, attirent les problèmes et rendent incapable de les résoudre par peur de sortir de son terrier.

- Pour les Lune en Scorpion, intenses, tourmentées et puissantes, gorgées de désirs, tout dépend de leurs aspects de naissance. Le transit Saturne/Lune crée des insécurités liées au passé, à l’enfance, à la mère, à l’image négative de soi-même. La nécessité du refuge, du cocon familial ou social s’impose. Le corps est en perte d'énergie, des problèmes de digestion entre autres réclament une vraie purification de l'alimentation. Attention au cynisme, à la froideur, aux pensées durcies, obsessionnelles, nourries de mémoires possiblement douloureuses. Le matérialisme guette. Il est essentiel de travailler sur la peur, de la façon dont on l’a déjà expliqué. La Lune en Scorpion s’associe au chamanisme, à la sorcellerie, c’est-à-dire à la capacité de ressentir et parfois d’utiliser les pouvoirs naturels de l’esprit, du corps et de la nature. Elle est en ce sens favorable mais nécessite une descente aux enfers afin d’être activée en ce sens : les peurs doivent être affrontées et Saturne, calme et déterminé sait être un guide efficace.

En dehors du Scorpion :
Tout le thème est à prendre en compte: on peut ne rien avoir en Scorpion et être attaqué de même façon si nos cartes du ciel affichent des configurations importantes en Taureau (opposé au Scorpion), en Lion ou en Verseau (au carré de ce signe). Tout dépend des thèmes de chacun, c'est bien pourquoi l'horoscopie industrielle n'aidera personne.

Exemple : octobre 2012 à novembre 2013
Saturne pendant cette période se déplace jusqu’à 11°32  du Scorpion (le 19 février) avant de rétrograder à 4°49 (le 8 juillet). Le 1er novembre 2013 il est à 13°38.
Quelque soit votre signe de naissance si vous avez un ou plusieurs astres importants, ou encore l’AS en début de signes fixes (Taureau, Lion, Scorpion et Verseau), vous êtes concerné. Selon les astres en question vous risquez les mauvaises orientations de la pensée (dureté, incompréhension) et les mauvais choix (Mercure), des insécurités, des refroidissements, de possibles ennuis de santé (Lune), une vie amoureuse au ralenti, voire même une séparation (Vénus), des circonstances adverses et une capacité d'action bloquée (Mars) et ainsi de suite.
Il s’agira dans tous les cas de travailler avec Saturne ce qui signifie en gros tempérance, discipline sans conflit, attention portée aux motivations profondes et parfois renonciation.
Il est tout à fait possible bien entendu qu’à l’inverse Saturne dirige de beaux aspects (sextiles et trigones) à votre thème. En quel cas il n’y a pas grand chose à faire, car le mouvement saturnien s’impose naturellement et favorablement de lui-même. Ce sont d’excellents périodes pour bâtir, étudier, approfondir, se lancer dans des projets à long terme et diriger sa vie avec sagesse.

Les aspects de Saturne début Scorpion: l'intérêt de cette année qui s'annonce (d'octobre 2012 à fin octobre 2013) est que Saturne se place au sextile de Pluton et au trigone de Neptune, aspects éminemment favorables à la réflexion profonde et dont nous profiterons peut-être collectivement. Son quinconce variable à Uranus est sans doute plus problématique.

- Sextile à Pluton : du 15/10/12 au 20/11/2013 : Pluton est avec Mars le maître du Scorpion. Tous les deux ont fort à voir avec la mort et la peur. Pluton, toujours en quête d’immortalité fuit la mort en recherchant les sensations et le pouvoir. Saturne tente de la comprendre et de l’apprivoiser par la discipline, la censure, la suppression, etc. Un sextile entre les deux astres ne peut être que constructif, orientant vers une régulation (Saturne) du pulsionnel (Pluton), sans trop en passer par les interdits et les frustrations. Cette période pourrait ainsi calmer le carré Uranus/Pluton qui renforce le capitalisme sauvage, le pillage de la terre et des océans et qui considère le profit comme unique règle de vie. La collectivité humaine restée très obscurantiste a une chance de réfléchir sérieusement aux problèmes de société typiquement Saturne/Pluton relatifs au désir et à la sexualité frustrée ou pervertie, aux tabous, à la génétique, à la mort, aux croyances et aux traditions (droits et respect des femmes, intolérances diverses, autoritarisme religieux, euthanasie….)

- Trigone à Neptune : de la fin août 2012 au début du mois de décembre et de fin mars 2013 à la fin du mois de septembre. C'est l'occasion pour Saturne de faire sentir ses valeurs d’humanisme, de simplicité et de sérieux dans le monde entier, même s'il ne faut pas s'illusionner : ce sera un parfum subtil réservé aux odorats affinés. Pourtant, dans les profondeurs de l'inconscient collectif, ce parfum invitera des orientations, des résonances, des ouvertures et des compréhensions et certains d'entre nous, nombreux avec de la chance, se sentiront moins séparés. L’empathie positive neptunienne, l'actualisation non pas intellectuelle mais ressentie de la vérité qui veut que le monde soit nous et que nous soyons le monde, devrait y gagner.

- Quinconce à Uranus (les dates sont calculée avec 3° d’orbe, en se souvenant que cet aspect fonctionne parfois jusqu’à 4°) : du 26/10/12 au 10/12/12, 18/03/13 au 6/05/13 et du 14/09/13 au 24/10/13
Les deux astres transitent en signes martiens (Bélier et Scorpion), évoquant d’indiscutables signes de conflits, souvent intériorisés entre le désir d'aventure (Uranus) et la quête de la sécurité (Saturne) mais aussi, tangiblement, extérieurement, entre le modernisme de la pensée et les anciens systèmes qui n'en finissent pas d'agoniser. De même l’autoritarisme uranien, déjà au carré du pouvoir plutonien, peut imposer la discipline saturnienne (austérité au mauvais sens du terme, c’est-à-dire principalement pour les démunis). Comme le quinconce est un aspect de construction, de nature saturnienne et jupitérienne, on peut espérer que ces durcissements finiront par entrouvrir des portes menant aux changements.

Saturne, débarrassé de ses oripeaux de vieillard sévère et effrayé est le maître de la sagesse. Ses aspects favorables à Pluton et Neptune (respectivement le pouvoir et la population) offrent un peu d'espoir et de réalisme car Saturne en Scorpion sait ne pas se raconter d'histoires. Le signe de Mars et de Pluton lui est plutôt favorable grâce à ce réalisme et à la profondeur qu'il apporte. Il s'agit, collectivement et individuellement de revenir aux fondamentaux, la quête du plaisir, la fuite de la peur et la peur de la mort, les significations de la vie et de la conscience, sans la compréhension desquels nos vies manquent d’audace, de joies et de liberté. Il semble essentiel que nous nous posions à nouveau toutes ces questions afin d'essayer de résoudre nos problèmes économiques, sociaux, culturels et spirituels qui ne font que s'aggraver. Saturne est le maître du temps mais peut-être que celui-ci commence à nous manquer.

Conclusion mercurienne:
Les éphémérides nous révèlent que Saturne et Mercure entrent ensemble, ce même 5 octobre (à 10 heures de différence), en Scorpion. Difficile entrée en matière qui d’emblée nous confronte au manque de clarté de nos esprits. La leçon de cet aspect lié aux mauvais choix et au durcissement mental, commencé le 1er octobre et actif jusqu’au 10, est de scruter attentivement nos mobiles secrets. C’est vital pour les politiciens, capitaines d’industrie et personnages hauts placés armés de pouvoir décisionnels importants. Le sextile actuel de Saturne et de Mercure à Neptune démontre pourtant à chacun d’entre nous que ces puissants ne représentent que la crête de la vague. Que nous sommes cette vague. Que si nous allions mieux, si nos esprits étaient ordonnés (Mercure favorable), ils n’auraient pas le pouvoir qu’ils ont sur les existences de chacun.




CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.