mercredi, décembre 28, 2016

Mars, Ketu et le guerrier intérieur


Le fier et belliqueux Mars pourvoit les natures fortes de courage guerrier et les faibles d’un tempérament bilieux et querelleur. 

C.G. Jung dans « Paracelse »


L’idéal du héros solaire dont il fut question il y a quelques jours dans Noël ou la fête du héros solaire, n’est pas hors d’atteinte : le héros solaire représente celui ou celle qui n’hésite pas à explorer les régions obscures de son être et à y affronter le dragon de la peur, notre ennemi héréditaire. Il est celui qui non seulement brise ses chaînes, mais assume sa part de la destinée collective, car se libérer soi-même c’est aussi libérer les autres. 

Pour emporter ce combat qui se poursuit depuis la nuit des temps, Mars (l’énergie et la bravoure), nous est indispensable. Mais il ne gagnera pas seul. En sus des qualités solaires (lumière, noblesse du coeur), la victoire nécessite de la subtilité (Mercure), de la beauté intérieure nourrie par l’amour (Vénus), une vaste expansion de la conscience (Jupiter), une force mentale affirmée (Saturne), une perception pénétrante de la vérité (Uranus), de l’empathie positive (Neptune) et l’art de la transmutation (Pluton). 

Reste la Lune (le filtre des mémoires qui alimente la peur et la recherche de la sécurité) et ses noeuds (la matérialisation des mémoires, des désirs et des attachements). Ensemble ils symbolisent le contenu des couches superficielles et profondes de nos esprits, là où l’essentiel se joue et où le héros solaire a capacité à libérer le monde de la colère, de la crainte, de la frustration et de l’insatisfaction. 

La peur reste hélas souvent la plus forte et Mars se transforme en brute, à des années lumières du héros. Résoudre, intégrer Mars, c’est le transformer en serviteur. C’est offrir sa force aux plus faibles, c’est faire preuve d’esprit chevaleresque. C’est peut-être, surtout, cultiver la non-violence qui n’est pas une opinion religieuse, philosophique ou politique. La non-violence est d’abord l’art de ne pas se battre contre soi-même. Car comment lutter contre la violence lorsque celle-ci règne dans nos esprits  et dans nos coeurs (1)?  

Ainsi la non-violence est l’expression accomplie de Mars, le guerrier intérieur qui affronte ses craintes et sert ses semblables. 


Mars, Ketu et l’assassin

Dans l’article intitulé Les fêtes à l’ombre de Mars et Ketu, il a été question de l’extraordinaire violence qui se manifeste régulièrement dans le cadre de leurs conjonctions. L’on n’est donc pas surpris, mais l’on en reste quand même rêveur, de constater que le thème de Mevlüt Mert Altintaş , l’assassin de l’ambassadeur de Russie à Ankara, comporte une conjonction serrée (1°18’ d’orbe) de Mars et de Ketu …. 

Nous n’entrerons pas dans les détails, d’autant que nous ne possédons pas son heure de naissance, mais en peu de mots tout est là :  

Mevlüt Mert Altintaş, né le 24 Juin 1994 à Söke, Turquie

- L’opposition Mars/Pluton (destructrice et autodestructrice), conjointe à l'axe des noeuds lunaires (matérialisation d’évènements), souligne les compulsions violentes (Mars/Ketu), possiblement instrumentalisées par des organisations obscures (Rahu/Pluton) (2).

- Mercure combuste, rétrograde, au parallèle de Vénus et opposé à la Lune indique un désordre de la pensée, ainsi que des choix soumis à un moi captif de ses émotions et de son orgueil. 

- Le quinconce Vénus/Saturne évoque des frustrations chez cet homme marqué par des préoccupations mentales liées à l’affectif, au plaisir et à la sensualité (Lune parallèle à Vénus et Mercure, Vénus au carré de Jupiter) et à un désir sexuel exigeant (Mars opposé à Pluton).

- Jupiter au trigone du Soleil, de même que Mars au trigone d’Uranus et de Neptune indiquent un sens de la justice prononcé ainsi que le désir d’être un héros : par le biais de la Lune conjointe à Neptune (vulnérabilité à la propagande, souffrance mentale), il était facile de manipuler ce garçon qui n’avait jamais que 22 ans. 

- Une heure de naissance précise permettrait de confirmer (ou non) le parallèle de déclinaison Lune/Mars/noeuds lunaires, indiquant dans ce cas de possibles traumatismes vécus pendant l’enfance et renforçant la nature violente du thème. 

On ne doit pas conclure de ce bref survol que son destin était joué : l’opposition Mars/Pluton était difficile, mais elle offrait la possibilité de vaincre la peur par le biais des nombreux trigones et sextiles, lui permettant au contraire de devenir un véritable héros plutôt qu’un assassin.  

Mars, Ketu et le guerrier intérieur

Comme expliqué dans Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu, la période dangereuse n’est pas achevée (le 4 janvier au mieux!). On se doit donc d’être prudent : cela signifie-t-il ne pas sortir, éviter les rassemblements et les supermarchés et vivre dans la crainte? pas du tout, d’ailleurs la sécurité objective n’existe pas. Cela n’empêche pas, évidemment, de surveiller notre relationnel comme jamais, afin de ne pas laisser l’agressivité empoisonner l’atmosphère collective. De même soyons vigilants dans nos activités quotidiennes, particulièrement au volant, car les risques d’accident sont démultipliés. 

Mais l’essentiel se passe à l’intérieur, car nous sommes tous, collectivement, marqué par cette rencontre de Mars et de Ketu (la violence compulsive), d’autant que Neptune (l’empathie collective) est de la partie. 

Cette violence ne tombe pas du ciel, comme pourraient le formuler des détracteurs de l’astrologie, mais naît de nos préoccupations mentales tendues par nos difficultés, nos habitudes nocives, nos frustrations et ainsi de suite. 

Les compulsions liées à Ketu prennent naissance dans les profondeurs de nos inconscients, ainsi que dans les attachements, les colères, les anxiétés et les insatisfactions que représente Rahu. Soyons donc attentifs, prudents à ne pas laisser nos tourments trop envahir nos esprits, car nous leur permettons alors de déborder sur la conscience collective et de nourrir ceux d’entre nous, terroristes, dictateurs, financiers égotistes et politiciens corrompus, capables des pires cruautés. 

On essaiera au contraire de réaliser que Ketu n’est pas que compulsion (3). A partir du moment où la conscience se dégage un peu de ses désirs triviaux et cesse d’être captive de la peur, Ketu représente la quête spirituelle authentique, c’est-à-dire la recherche, la découverte et l’exploration des mondes de l’au-delà du mental. 

Chacun d’entre nous, de part notre inattention, sommes « responsables » des effets pervers de cette configuration. Chacun d’entre nous la nourrissons. Et inversement, lorsque nous sommes alertes, éveillés, vigilants à ne pas laisser cette violence intérieure, cette colère s’emparer de nous, nous nous approchons d’une véritable non-violence et matérialisons ainsi ce que Mars et de Ketu ont de meilleur : le service du bien. 



(2) Ne pas en conclure hâtivement que le responsable soit Fethullah Gülen, ainsi que l’accusent les autorités Turques. Rahu s’associe à toutes sortes de convolutions secrètes et de plans retors, alors que Pluton symbolise les pouvoirs cachés, les puissances financières et les exercices de manipulation. 

(3) « Associé au retrait, aux mystères du passé, à l’ascèse et à la rigueur, Ketu est inséparable du détachement et de la quête spirituelle. Les épreuves transformatrices, les compulsions irrésistibles, les craintes inexplicables, la contraction mentale, la confrontation à la douleur, le doute, l’isolement et la séparation se rattachent à ses aspects. » L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires).

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.