lundi, juin 13, 2016

Le massacre d’orlando


Piqûres de rappel tirées de Mars rétrograde attaque (billet du 15 avril) :   

« Mars au quinconce d’Uranus du 7 juin au 26 juillet : le quinconce entre ces deux astres violents ne doit pas être sous-estimé. Uranus en Bélier (signe de Mars) au quinconce de Mars en Scorpion (son domicile et l’exaltation d’Uranus) : les risques d’explosion, de radicalisation, d’éruption sont à prendre au sérieux, tant collectivement que personnellement ». 

« Pendant toute sa rétrogradation (et au-delà) Mars adresse un parallèle de déclinaison à Saturne (jusqu’au 9 juillet) et à Pluton (jusqu’au 23 juillet), perturbant grandement l’atmosphère ambiante.
Ainsi liés les trois astres représentent une structure complexe, faite d’interdits et de transgressions, de blocages et d’autodestructions. (…) De possibles actions violentes, explosives, nées de toutes ces pressions sont possibles, spécialement lors du quinconce Mars/Uranus capable de mettre le feu aux poudres ». 


La folie meurtrière frappe à nouveau, cette fois à Orlando en Floride. Un homme seul armé d’un fusil d’assaut assassine cinquante personnes et en blesse de nombreuses autres. Le même sentiment de stupeur nous saisit toujours face à ce type de brutalité aveugle et insensée. Ainsi que rappelé ci-dessus, les astres indiquent actuellement un fort climat de violence remarquable partout dans le monde, en Irak ou en Libye dans les combats contre DAESH, comme dans les affrontements de hooligans russes et anglais à Marseille. Et sans doute également dans de nombreux épisodes de nos vies quotidiennes, dans une certaine façon de se durcir, de dominer, de polémiquer …. Mars montre bien les dents. Ce qui suit est une vue astrologique du massacre d’Orlando. Pourquoi faire ? Parce que, l’animalité, la violence, la brutalité sont le lot commun de nombre d’entre nous. Parce que nous sommes le monde. Parce qu’il nous appartient d’avancer, de comprendre, de faire notre possible pour débusquer cette violence qui est aussi intérieure, d’en comprendre les mécanismes, les rouages et les engrenages, c’est-à-dire si nous voulons vraiment changer le monde. 


12 juin 2016 2.02 am, Orlando Florida. Les sources pour l’heure sont le New York times et ABC news. La précision est importante car à 2h00 am l’AS est encore en Poissons alors qu’à 2h02 il est en Bélier, le signe de Mars.


Neptune et Ketu au carré de Saturne, la toile de fond

Pour comprendre, on doit partir de la conjonction de Neptune (les victimes) et de Ketu (les épreuves), en maison XII (la souffrance). Ketu, puisque ici totalement dépourvu de sa nature spirituelle, montre son pire visage lié aux compulsions irrésistibles nées des cristallisations du passé. Saturne, au carré partile (exact) de Neptune, durcit singulièrement cette configuration. Cet aspect déjà beaucoup commenté, a pour particularité de détruire l’empathie : si aucun travail n’est fait Saturne au carré de Neptune s’associe à l’étroitesse d’esprit, à la rigidité mentale et à l’absence d’empathie et de compassion. Les causes de ces problèmes sont à chercher dans la souffrance (Neptune) de se sentir séparé (Saturne). (1)  

Mars, Saturne et Pluton en parallèle de déclinaison

Mars qui gouverne l’AS Bélier symbolise ici le terroriste. Il est rétrograde en Scorpion (puissant et tourmenté), situé en VIII (la maison de la mort). Mercure qui lui est opposé (impulsivité, inflammation de l’esprit polémique et du « comment penser ») n’arrange rien.

Saturne est donc au carré de Neptune et comme expliqué plus haut, associé à Mars, le maître de l’AS évoquant la brutalité, la frustration et les morts violentes. L’association de Pluton à ces deux astres évoque quant à elle la crainte, la destruction, la jouissance de la domination et de l’exercice du pouvoir, le combat des interdits et des transgressions : l’assassin a ciblé une boîte gay, exprimant sa haine de la différence, ses conditionnements culturels et ses frustrations sexuelles et sentimentales personnelles (2).

Mars, la Lune, Jupiter, Rahu et Saturne

Mars est certes au sextile de la Lune (énergique, impétueux), mais celle-ci, quoique proche de Jupiter (tolérante et festive) est conjointe à Rahu, le noeud lunaire nord, lui-même amplifié par sa proximité à Jupiter. Un assombrissement et un durcissement du mental (la Lune) ainsi que du jugement (Jupiter) sont ainsi causés par l’anxiété, la colère et l’insatisfaction. La Lune est également au carré de Saturne, un aspect lié au refroidissement et à la peur associés au poids du passé. Sa conjonction à Rahu (3), l’assombrissement du mental dû à la cristallisation d’évènements passés, déclenche l’action violente. « 

Mars au quinconce d’Uranus

Le quinconce d’Uranus associe la radicalité des idées (Uranus) à l’action violente (Mars) d’autant qu’Uranus est au parallèle de Neptune en XII (les victimes innocentes) et au carré finissant de Pluton que nous avons vu tourmenté par Saturne (la corruption idéologique due aux interdits et les liens avec DAESH). 

On remarque le sextile exact d’Uranus à Vénus, un aspect souvent lié à l’homosexualité, ainsi qu’à la liberté et à l’exaltation d’aimer, quels que soient les codes de société prévalent.  

Saturne, le Soleil et Vénus

Saturne, toujours associé aux circonstances néfastes tendu envers Mars, Pluton et Neptune, au carré de Jupiter, de la Lune et des noeuds lunaires s’oppose au Soleil conjoint à Vénus : il ne montre pas un seul aspect harmonieux est se montre ainsi dans toute sa dureté. Le Soleil et Vénus sont au parallèle du Fond du Ciel, le lieu de l’évènement, c’est-à-dire le night-club associé au plaisir (Vénus) et fréquenté par des homosexuels (Vénus sextile à Uranus). La fête (le Soleil) est interdite par la rigidité mentale (Saturne) par le biais de la violence (Mars). Le Fond du Ciel en Cancer appartient à la Lune qui est nous l’avons vu assombrie et en position difficile (conjointe à Rahu et au carré de Saturne). Elle est également au quinconce d’Uranus  soulignant l’originalité, l’indépendance et la spécificité du lieu.

Les noeuds lunaires

On se souvient que Rahu et Ketu sont liés à l’évènementiel : leurs nombreuses tendances psychologiques sont entre autres associées aux « éclipses mentales », c’est-à-dire à des cristallisations de mémoires enfouies qui finissent en certains cas par se matérialiser sous forme d’évènements parfois funestes (4). On les trouve toujours très impliqués dans les tueries de masse, qu’il s’agisse de la fusillade de Columbine, des meurtres de Mohammed Merah, du 11 septembre 2001, ou du massacre perpétré par Anders Breivik en Norvège entre de très nombreux exemples. On les voit ici non seulement conjoints à Neptune (Ketu, épreuves vécues par la population), à Jupiter (Rahu, perversion du sens de la justice), à la Lune (Rahu, éclipse mentale) mais aussi au carré de Saturne (colères réprimées ou secrètes, arrière-pensées, dureté mentale, épreuves causées par l’isolement, la difficulté à trouver sa place…..), lui-même déjà marqué par ses parallèles redoutables à Pluton et à Mars. 

Jupiter conjoint à Rahu joue sans doute un rôle non négligeable :  « En certains cas amplification des significations négatives de Rahu (attachement, anxiété, goût du secret et insatisfaction » (5). La Lune qui leur est conjointe souligne leur importance ainsi que leur opposition à Neptune/Ketu qui évoque la sentimentalité, l’apitoiement sur soi et l’influence pernicieuse des croyances et des idéologies. 

En résumé

Tous les ingrédients d’une tuerie de masse, des faits divers de plus en plus répandus dans nos sociétés actuelles sont ici rassemblés :  
- Les noeuds lunaires (l’évènement bouleversant et médiatisé mondialement), liés à la souffrance et à l’influence négative des idéologies religieuses (Ketu/Neptune), au sens de la justice perverti (Rahu/Jupiter) et au durcissement mental (Saturne carré à Rahu et Ketu)
- Neptune au carré de Saturne (la rigidité mentale, les idéologies perverses, la souffrance de ne pas appartenir)
- Mars le maître de l’AS (le comportement) qui entre en Bélier, en maison VIII (la mort), rétrograde en Scorpion, au parallèle de Pluton (la destruction des autres et de soi-même) et de Saturne (la frustration).
- Uranus (le fanatisme des idées), au quinconce de Mars (la violence au service du fanatisme), au parallèle de Neptune (les victimes innocentes) et au quinconce de la Lune conjointe à Rahu (l’éclipse mentale menant à l’aveuglement et au massacre)

Omar Mateen, le tireur présumé, serait né le 16 novembre 1986 selon le site Everipedia 
Sans doute vaut-il mieux attendre d’avoir pleine confirmation de ses coordonnées de naissance avant de se pencher sur son thème, mais si cette date est exacte on remarque déjà un transit d’Uranus (le fanatisme) sur son Rahu natal (colère, insatisfaction, obscurité mentale). 



(1) « Figé dans ses structures, en quête d’invulnérabilité, le mental résiste au flot émotionnel ou tend à le figer, à le contrôler, le refroidir ou supprimer ses manifestations. Les défenses dressées contre la souffrance insensibilisent et isolent ». Le salut est également recherché dans la négation (Saturne) des désirs, ce qui mène à l’empoisonnement du corps et de l’esprit. Alimentée par l’aspiration à la communion (Neptune), la foi est pervertie par les croyances rigides (Saturne), l’émotion et la propagande (Neptune) qui à leur tour corrompent la discipline et la réflexion (Saturne). Le durcissement et la sévérité sont fréquents malgré un apitoiement sur soi mal reconnu et l’indifférence ou à la sécheresse du cœur menacent. (Saturne au carré de Neptune)

(2) Dans une interview, l’ex-épouse d’Omar Mateen le décrit comme violent et instable mentalement. « Il me battait » explique-t-elle, « il rentrait à la maison et me frappait parce que la lessive n’était pas terminée ou pour quelque chose comme ça ». 

(3) (….) Stress mental intermittent, émotivité et instinct de protection exagérés, insatisfaction récurrente concernant la famille et la vie quotidienne, anxiétés, mémoires figées ou refoulées et préoccupations secrètes ». L’astrologie et la mécanique de la pensée

(4) Lire à ce propos le chapitre « Les Noeuds Lunaires » dans L’astrologie et la mécanique de la pensée









CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.