vendredi, août 16, 2013

La Venia et la croix

Entrée de Vénus en Balance, Paris le 16 août 2013 à 17h37 HL.

Difficile ou incongru de parler d’une fin d’été vénusienne lorsque l'Égypte est depuis quelques jours à feu et à sang. C’est pourtant vrai même s’il s’agit d’une Vénus tourmentée. C’est aussi cela la mondialisation, sous le même ciel, sous les mêmes aspects, une importante partie de l’occident rôtit sur les plages, une partie non moins importante reste faute de moyens coincée dans les grandes cités et leurs banlieues, alors que les massacres se poursuivent en Syrie dans une indifférence collective née de l’accoutumance, que les eaux radioactives de Fukushima répandent leurs miasmes empoisonnés dans les océans du globe, que les forêts se réduisent à peau de chagrin, que les derniers rhinocéros tombent comme des mouches, que l’injustice règne en maîtresse incontestée ….

Je vous renvoie à ce post à propos de la Venia publié il y a quelques années. Comparés aux Grecs, aux Egyptiens et aux Hindous, les Romains ne furent peut-être pas des génies de la philosophie, de l’astrologie ou de la spiritualité, mais il comprirent admirablement la nature subtile de Vénus.

Peut-être est-ce cette compréhension qui nous manque le plus aujourd’hui?  N’a-t-on pas l’impression de vivre en permanence sous un ciel tendu? Pourquoi Mars (la bravoure, le sens chevaleresque) est-il surtout conflit, violence et compétition? Pourquoi Pluton (la régénération, la libération) ne s’exprime-t-il plus que dans le pouvoir, la manipulation et l’obscurité et Saturne (la sagesse) dans la dureté, la froideur et la misère?  De son coté Jupiter (le protecteur) semble surtout lié aux excès et aux rêves de richesse, Neptune (l’empathie) à la propagande et à la souffrance et Mercure (l’ordre, la finesse) à la ruse et au machiavélisme. Quand à Uranus (l’intelligence, la révolution), il pousse à la radicalité et à l’autoritarisme. 

Pour que les astres s’expriment sous leurs meilleurs jours, ce qui est toujours possible malgré tout, il faut que nous en décidions ainsi. Qu’en d’autres termes nous soyons assez généreux et ouverts pour que la venia, que j’assimile volontiers à la beauté, à l’amour et à la grâce, qui nous frôlent parfois gratuitement, sans raison, étrangère à toute causalité, à toute idée de récompense pour d’éventuelles bonnes actions, envahissent un peu nos vies.

Cette venia est le cœur de Vénus, d’où naissent toutes ses qualités. Peut-être est-elle plus à même de les manifester dans le signe de la Balance où elle est entrée il y a quelques heures : la déesse de l’amour traverse cet espace de la géométrie céleste où elle est sans doute la plus subtile, la plus esthétique, mais aussi la plus à même à exprimer la beauté du cœur. La Balance est consacrée à l’union et c’est pourquoi on l’y appelle parfois la grâce de Dieu, qui n’est pas la miséricorde chrétienne, mais bien la venia, cet enchantement de l’univers, ce raffinement inexplicable et désintéressé des sentiments et des sensations sans lesquels nous ne serions  pas civilisés.

Comme toujours les dieux du ciel ne voyagent pas seuls et dans les jours prochains Vénus en sera forcément troublée :

- Du 20 au 30/08, son carré à Pluton l’obscurcit et les prises de pouvoir, la vénalité sexuelle et les manipulations sentimentales sont à craindre.
- Son opposition à Uranus du 21/08 au 1/09 évoque comme toujours les amours de vacances, les rencontres intenses mais difficilement pérennes, de belles expériences sans doute accompagnées de coeurs meurtris.
- Du 21/08 au 4/9 son carré à Jupiter ne peut qu’amplifier les effets de l’été ainsi que ceux d’Uranus et de Pluton. On doit s’attendre à d’effrénées quêtes du plaisir, d’amour et de sensualité, à d’inévitables débordements sentimentaux et à de nombreux gaspillages.

Effective dès le 20 août , cette croix aux effets amplifiés par Jupiter, obscurcis par Pluton et électrifiés par Uranus risquent fort de troubler bien du monde car Vénus, siège des émotions sera le noyau de ce puissant carrefour. Et tout cela, ne l’oublions pas, se passe dans le contexte décrit plus haut, c’est-à-dire celui d’une Terre tourmentée.

Vénus en Balance contient il est vrai un fort potentiel de paix, d’harmonie et d’amour mais Pluton et Uranus sont autoritaires, mortifères, radicaux dans leurs expressions et Jupiter ne fait que les amplifier. Au bord de sa dissolution le grand trigone de l’été  se rassemble sur Pluton qui en tant qu’apex du cerf-volant ainsi dessiné canalise à son compte l’ensemble des énergie. Pas de quoi s’étonner si malgré les beaux trigones et sextiles toujours en place, les actualités se bousculent de guerres civiles, de crimes et d’accidents.

Vénus a donc fort à faire, d’où ce retour à la venia dont on a grand besoin. Dans ces jours prochains l’art va consister à comprendre les aspects de Vénus dans le cadre de cette croix afin de les vivre idéalement, loin des craintes et des conditionnements, ce qui est la signification profonde du libre arbitre :
- Sa relation à Pluton signifie ainsi la mort et la renaissance du cœur dans la libération de la peur d’aimer.
- Sa relation à Uranus décrit la floraison de l’amour qui a lieu lorsque l’attachement est vaincu.
- Sa relation à Jupiter exprime la plénitude ressentie lorsque la beauté envahit le cœur et l’esprit sans la moindre raison à cela.





CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.