lundi, septembre 22, 2014

Astrométéo de l’automne



Actuellement, tous les soirs de cieux clairs, la rencontre de Mars et d’Antarès, le Cœur du Scorpion, dont le nom signifie le rival de Mars (1) est un spectacle à ne pas manquer. Scintillant comme des rubis célestes les deux astres soulignent les périls de violences, de guerres et d’empoisonnements des esprits qui marquent cet équinoxe. Ainsi placé Mars représente aussi le héros qui pénètre les ténèbres de la conscience, afin d’y vaincre la peur, seule chance peut-être que nous ayons de nous prémunir de ces menaces. Il nous rappelle ainsi que c’est par l’intérieur que nous agissons au mieux sur le monde. L’astrologie permet de remarquer, de définir et d’examiner les orientations de la conscience collective et leurs impacts sur la réalité vécue à un moment donné. La pensée, activité privilégiée et particulière de milliards d’être humains, dirige nos vies. Chaque individu évolue au centre d’une galaxie mentale, qui ajoutée à toutes les autres tisse une réalité psychique responsable de notre situation actuelle qui n’est pas brillante. Économiquement, socialement, écologiquement nous courons à la catastrophe, sans compter la guerre à nouveau présente sur de multiples fronts.

Cette astrométéo qui définit les couleurs et les reliefs des semaines et quelquefois des mois qui s’annoncent n’est pas uniquement un état des lieux, car il s’agit d’éclairer les grandes lignes d’un cheminement capable de nous sortir des ténèbres dans lesquelles nous continuons à nous perdre.

                                                                                                                                                            
Équinoxe d’automne le 23 09 2014, calculé pour Paris à 04h29

Uranus, Neptune et Pluton

Actif jusqu’en 2017 le cadre du carré Uranus/Pluton reste inchangé. Il décrit nombre de maux qui nous tourmentent quotidiennement : corruption de la science par l’argent et le pouvoir, realpolitik à l’honneur, inflammation des fanatismes orchestrés par les puissances financières, enrichissement scandaleux des aristocraties, surveillance électronique, manipulation des esprits, défaite de l’humanisme, victoire du matérialisme, quête du surhomme … la liste est loin d’être close.

Ce carré est pourtant une énergie à utiliser pour révolutionner la pensée par l’application de l’intelligence (Uranus) aux origines de la peur responsable de la quête du pouvoir(Pluton). Libérés de la recherche des intérêts personnels à tous prix (Pluton négatif), la science et le pouvoir acquerraient alors une conscience (Pluton positif) et l’esprit humain, brillant mais perdu, débarrassé de la radicalité et du fanatisme (Uranus négatif) envisagerait une renaissance privilégiant les orientations humaniste (Uranus positif).

Rien n’est possible sans que Neptune soit pris en compte. Alors qu’Uranus et Pluton transitent les signes cardinaux du Bélier et du Capricorne (actifs, concrets, ambitieux) Neptune est chez lui en Poissons, là où le psychisme est le plus empathique, désarticulé, inspiré, compatissant, vulnérable et influençable. Il représente l’amour (positif) ou la sentimentalité (négatif). Utilisé par le carré Uranus/Pluton, Neptune devient propagande, mensonges, illusion et identification. L’idéal, qui n’est pas impossible mais qui nécessite un éveil de la conscience est que Pluton et Uranus servent Neptune plutôt que l’inverse. L’humanité dans ce cas a une chance de réaliser qu’elle n’est qu’une grande famille, un organisme, avec ce que cela comporte de tolérance, de compréhension et d’entraide obligatoire. Nous en sommes loin.


Le carré Saturne/Jupiter (du 14 septembre jusqu’à la mi-décembre)

Actif depuis quelques jours, le carré Jupiter/Saturne se poursuit jusqu’à la mi-décembre, les deux astres nous tirant vers des extrêmes de comportements. Jupiter en Lion manifeste le désir de vivre et de jouir, de créer, de briller socialement et sans doute intérieurement. Saturne en Scorpion sombre et sérieux, puissant et profond, enclin à la solitude et à la méditation, remue des interrogations vieilles comme le monde, parfois associées aux épreuves, à la discipline et à la crainte des transgressions. Ce carré n’est problématique que si l’on cherche à privilégier l’un par rapport à l’autre quand il s’agit de les allier. Jupiter inspire, élargit, offre l’expansion et Saturne structure et construit. Il faut aussi, pour que tout aille bien, savoir que Saturne est toujours incontournable. Souvent, dans le cadre de cette configuration, pour que Jupiter offre ses cadeaux, il faut obéir à Saturne. Être sérieux dans sa quête de la vérité, être discipliné sans conflit, savoir s’isoler parfois et se ressourcer, s’éloigner de la frivolité du monde et quelquefois renoncer, sont les meilleurs moyens de déclencher les bons auspices de Jupiter qui offre ainsi rencontres, opportunités, réussites peut-être, sans qu’on ne lui demande rien. Ce carré est en soi une leçon d’art de vivre.

Mars, Jupiter et Uranus, le grand trigone de Feu (du 25 septembre au 14 octobre)

Cette configuration ardente, audacieuse, entreprenante, s’intercale pendant quelques semaines et vient à l’aide de ceux qui décident à passer à l’action, illustrant l’adage « aide-toi, le ciel t’aidera ». En Sagittaire (l’exploration et la quête philosophique), Mars, la bravoure et le sens de l’action, s’allie à Jupiter (le voyage, l’expansion mentale, la justice, les opportunités) que Saturne nous l’avons vu rend, si l’on s’y prend bien, plus structuré. 
Les deux astres s’allient à Uranus en Bélier, qui malgré l’ombre de Pluton pousse alors vers une révolution de l’intelligence, favorisant de possibles transformations humanistes, ouvrant aux explorateurs de la conscience l’accès à de nouvelles voies.
L’art de l’astrologie consiste aussi à surfer sur ces excellentes énergies lorsqu’elles se présentent, afin d’en profiter au maximum, quel que soit son thème de naissance. On peut espérer, du coté des fous de guerre, un peu de retenue, cette configuration stressant la vraie bravoure en encourageant l’action juste qui n’est pas liée à la peur.

Le trigone Mars/Jupiter se poursuit jusqu’au 21 octobre, favorisant le sens de l’entreprise et la justice.

Le trigone entre Jupiter et Uranus quant à lui se poursuit jusqu’au 31 octobre, favorisant l’expansion de l’intelligence par le biais de l’étude, de la philosophie et de la perception directe de la vérité (l’intuition). Les « penseurs » seront favorisés.


Le carré Mars/Neptune (du 13 septembre au 1er octobre)

Implicitement lié à la paranoïa et à l’agressivité qui en résulte, ce carré brouille un peu les cartes. Les risques d’accidents, de peurs irraisonnées, de coups bas, d’ennemis secrets à l’origine de conflits ou de malveillances sont accrus. L’épidémie d’Ebola en sera peut-être renforcée, car Mars représente les fièvres et les inflammations et Neptune les maladies contagieuses. Le grand trigone de Feu par contre pourrait aider à solutionner le problème. Les difficultés Mars/Neptune sont très liés au manque de confiance dans un monde que l’on tend à ressentir comme hostile. Ainsi l’on se défend, parfois sans raison et un telle tendance vécue par des milliards d’individus s’avère nocive à la conscience collective, d’où à nouveau la nécessite de travailler sur les racines mêmes de la peur.


Mercure, Uranus et les nœuds lunaires : de la pensée, de l'attachement et de l'intelligence

Dans l’axe Balance/Bélier, plus souvent qu’à leur tour liés à des évènements « bons » ou « mauvais » selon les thèmes individuels ou la situation collective, les nœuds lunaires sont marqués par des conjonctions. Rahu, le nœud nord se conjoint à Mercure et Ketu, le Nœud sud à Uranus.

- Rahu est conjoint à Mercure du 14 octobre au 5 novembre approximativement (2). On peut s’attendre à des  gratifications intellectuelles, de nouvelles informations, des coups de chance pour certains plus « visés » que d’autres, de par leurs thèmes. Des communications secrètes,  mensongères, manipulatrices, fomentant la colère ou l’anxiété ne manqueront pas non plus. Des informations obtenues pendant cette période pourraient se révéler fausses par la suite. Des dangers sont causés par des mobiles secrets et des tournures d’esprit rusées ne songeant qu’à l’intérêt personnel. L’écriture et la parole sont cependant favorisées, quoiqu’il faille se méfier de leur utilisation, certaines intentions cachées se retournant ensuite contre soi.

- Ketu est conjoint à Uranus depuis la mi-août 2014 jusqu’à la fin mars 2015, la durée de cet aspect s’expliquant par la rétrogradation d’Uranus qui accompagne ainsi Ketu dans son mouvement naturellement rétrograde. Belles possibilités d’explosions créatives, de découvertes ou de redécouvertes, de savoirs et de connaissances oubliés qui refond surface. Il y a pourtant simultanément danger de compulsions violentes alimentant des tendances fanatiques. Cet aspect signifie autant un éveil de l’intelligence, nourri par des intuitions fulgurantes que des contractions mentales menant à des actions radicales. Il est facile de se convaincre que l’on raison contre tous et de se rallier à des idéologies marginales.

Mercure conjoint à Rahu sera opposé à Uranus conjoint à Ketu du 18 octobre au 1er novembre (3)

Même en opposition ces deux astres fouettent toujours l’intelligence, les informations et la rapidité d’associations des idées (Mercure), nourrissant l’intuition et la créativité mentale (Uranus). Les nœuds s’en mêlant, la pensée est capable d’expérimenter de véritables illuminations. Des recherches aboutissent, de nouvelles technologies apparaissent sur le marché, des solutions longuement attendues se révèlent soudain en pleine clarté.

C’est une période très propice à la compréhension des mécanismes du mental, à l’examen de ses rouages les plus fins, de ses engrenages les plus subtils et de leurs liens avec la transformation de la réalité. Nous ne parlons pas d’illusions, ni de croyances soient-elles traditionnelles ou « positives », comme c’est actuellement la mode. Il s’agit plutôt  de percevoir et de déployer l’intelligence à l’état pur, lorsqu’elle se fait synonyme de Chi, de Tao ou de Prana.

Toucher à cette intelligence (l’axe Uranus/Mercure) nécessite de s’attaquer aux nœuds de la pensée, c’est-à-dire aux nœuds lunaires, symboles de notre bipolarité de démons et de dieux, c’est-à-dire de notre aveuglant attachement à la matière et aux sensations qui nourrissent la peur et nous empêchent de connaître la sérénité. J’ai transcrit dans Les nœuds lunaires et le nectar d’immortalité comment, selon la mythologie Hindoue, les dieux qui cultivent le détachement gagnent accès à ce nectar refusé aux démons prisonniers de l’attachement.

Les nœuds lunaires représentent entre autres le grand dragon des circonstances matérielles, cadre dans lequel nous évoluons, désirons, expérimentons, souffrons et aimons. Cette double opposition Mercure/Rahu et Uranus/Ketu qui ne se refera sans doute pas de sitôt, symbolise une riche opportunité, celle de comprendre les racines de l’attachement et de l’insatisfaction et de s’en libérer. Il est des périodes privilégiées (lire De Ketu à Neptune par exemple) où les portails célestes s’entrouvrent un peu sur leurs secrets et où il ne tient qu’à nous d’en profiter. Les mots-clefs étant alors attention (Mercure) et pénétration du regard (Uranus). 



(1) Sans doute parce que la planète et l’étoile sont toutes deux notoirement rouges. Les Hindous associent Antarès à Jyestha l’aînée, déesse du malheur car née du barattage de la mer de lait juste avant l’apparition de Lakshmi, la Déesse de la prospérité. Une des quatre gardiennes du ciel, de la nature de Mars et de Jupiter, associée au courage et à la témérité, à la stratégie et aux conflits, elle est profondément liée à la libération de la peur et à la transmutation. Dans un thème individuel (en cas de naissance) la rencontre de Mars et d’Antarès n’est à prendre en compte que le 27 et 28 septembre (ne pas accorder plus d’un degré d’orbe). L’atmosphère actuelle par contre en est chargée jusqu’aux premiers jours d’octobre.

(2) En prenant 7° d’orbe

(3) La première partie d’une même opposition (incluant les nœuds) a eu lieu du 12 au 19 septembre. La seconde est provoquée par la rétrogradation de Mercure en Balance. Des idées, des faits, des liens crées en septembre aboutiront possiblement dans cette seconde partie d’octobre.






CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.