mardi, septembre 30, 2014

Vénus et le Soleil entre lumière et obscurité


Vénus traverse la Balance du 29 septembre au 23 octobre, quittant ce signe 8h55 minutes après le Soleil qui l’accompagne de sa lumière jusqu’à la fin du mois de novembre. En domicile, Vénus rayonne particulièrement dans les domaines des arts et de l’esthétique ainsi que dans les relations sociales, où elle incite à séduire, à aimer et à être aimé, à prendre et à donner du plaisir qu’il serait d’ailleurs peu sage de bouder pour peu qu’il vienne frapper à la porte. La période est  « normalement » excellente de ces points de vue, mais le ciel qui est le miroir de la vie est bien plus complexe que cela et les aspects transforment profondément ces belles dispositions. Les relations de Vénus et du Soleil avec Pluton, Jupiter, Mars, Uranus et les nœuds lunaires enrichissent, compliquent  et assombrissent parfois l’ensemble des expressions sociales, politiques, ludiques, créatives, affectives et sensuelles. On prendra en compte que les analyses qui suivent se manifestent dans le cadre plus général décrit dans  l’astrométéo de l’automne. Si nombre d’aspects se chevauchent, mettant en scène les désirs contradictoires, les gratifications surprises,  les cadeaux empoisonnés, les déceptions salutaires et d’exquises réussites, ils permettent à celles et à ceux qui savent en user judicieusement l’exercice magique du libre-arbitre


Vénus conjointe au Soleil jusqu’à la fin novembre

La plupart des aspects abordés les concernent tous les deux. Leur alliance est signe de luminosité intérieure, d’un désir accru d’être « bien vu », apprécié, aimé, admiré et si possible de briller socialement. Ces tendances harmonieuses, quoiqu’un peu orgueilleuses et narcissiques, sont favorisées par la nature du signe de la Balance. Le Soleil et Vénus sont particulièrement sollicités, participant pleinement au grand trigone de feu, à la pleine Lune du 8 octobre et à l’axe d’opposition comprenant Uranus et les noeuds lunaires, colorant ainsi des événements et de possibles bouleversements.

Les carrés à Pluton, du 4 au 13 octobre pour Vénus et jusqu’au 11 octobre pour le Soleil

Ces aspects obscurcissent les sphères de la sensualité et du plaisir par le biais de la vénalité, de la manipulation par le charme et la beauté, de la poursuite de l’intérêt personnel et des sensations sans que le coeur participe pour autant, au détriment de la fierté et de la droiture (le Soleil) et de l’amour (Vénus). Ils portent cependant en eux la faculté de guérir d’anciens traumatismes affectifs. Une tendance au sadomasochisme est probable. Ces carrés sont matériellement favorables aux artistes, associant l’art (Vénus) au matérialisme (Pluton). L’affliction du Soleil par Pluton renforce le goût de domination et du pouvoir. La corruption flotte dans l’atmosphère et les révolutionnaires, où qu’ils soient, risquent de se faire acheter. L’idéalisme renforcé par le grand trigone est ainsi mis en danger.

La pleine Lune en Bélier (à 15°05’) du 8 octobre 2014 à 10h51 TU (calculée ici pour Paris)

Conjointe à Uranus et à Ketu, avec le Soleil, Vénus et Rahu en opposition, cette pleine Lune active, enthousiaste, révolutionnaire et féconde est à utiliser au mieux. La révolution est dans l’air (comme c’est le cas à Hong-Kong).  Conséquences du grand trigone (voir astrométéo de l’automne), un désir incandescent de liberté (Uranus), l’appétit de la Justice (Jupiter) et le sens de l’action (Mars) nourrissent le Soleil (l’idéal) et Vénus (l’amour et la beauté). La présence des noeuds lunaires marque de possibles bouleversements qui ne sont pas imités à cette journée particulière qui agit plutôt comme un centre d’influence. Les noeuds portent cependant en eux leur négativité : les menaces de compulsions et de radicalité (Ketu/Uranus) et d’assombrissement de la lumière par le biais d’attachements pénibles, d’anxiétés et d’insatisfactions (Rahu) sont à craindre.

La participation au grand trigone de feu (1) :  du 8 au 14 octobre (date de sa dissolution) pour Vénus. Le Soleil y participe depuis la fin septembre.

Ce grand trigone réunit harmonieusement nombre d’énergies positives dont notre monde a vitalement besoin. Le Soleil en reçoit les énergies depuis fin septembre, ce qui pousse vers la droiture, la loyauté et la révolte contre les autorités corrompues. Les préoccupations mentales échappent un peu à l’enlisement matérialiste des intérêts personnels, ce qui est fondamental si l’on est convaincu que l’essentiel de nos problèmes individuels et collectifs naît de mauvaises orientations de la pensée causées par des émotions mal comprises et des désirs trop souvent changés en frustrations. Du 8 au 14 octobre Vénus rejoint le Soleil au cœur de cette configuration. Idéalement les deux astres pourraient distiller les énergies présentes en un « vin dont nous nous sommes enivrés avant la création de la vigne » 2)

La colonne vertébrale de cette association du Soleil et de Vénus au grand trigone reste l’opposition à Uranus, dont le point focal nous l’avons vu est le jour de la pleine Lune. Elle est active du 6 au 17 octobre pour Vénus et du 28 septembre au 17 octobre pour le Soleil.

Ainsi marquée Vénus provoque des coups de foudre, des débordements et des exaltations sentimentales, des « coming out », des liaisons rapides, semblables à des feux de paille. Uranus provoque des rencontres inattendues, aptes à bouleverser la routine de la vie. Les corps, les cœurs et les esprits s’enflamment et l’on est prêt à beaucoup pour entretenir une passion qui illumine le quotidien, qui fait oublier la morosité de l’automne, qui chasse la peur et renforce l’estime de soi. Les circonstances accommodantes se mettent en place naturellement et parfois clandestinement, puisque nombre de personnes concernées sont captives de structures, de conditionnements sociaux et moraux. Uranus représente la haine des contraintes, qu’il s’agisse de sensualité, d’amour ou du cadre politique, familial ou social. Son opposition au Soleil provoque les réformes et les révolutions. Il est important de réfléchir sur le sens de la vraie liberté qui est l’absence d’autorités, autant extérieures qu’intérieures telles que la peur, l’avidité, la convoitise, le désir, les mémoires figées et ainsi de suite.

Si le trigone se dissout le 14 octobre, certains aspects favorables lui perdurent: 
- Vénus au sextile (60°) de Mars du 8 au 31 octobre promet des plaisirs, de la sensualité et de la séduction, de la passion peut-être.
- Le Soleil au sextile de Mars jusqu’au 9 novembre stresse le sens de l’entreprise, la bravoure et le courage.
- Vénus au sextile de Jupiter du 9 au 19 octobre amplifie la créativité, la joie d’aimer, l’ouverture de l’esprit par le coeur, le sens de la justice et la compassion
- Le Soleil au sextile de Jupiter du 1er au 20 octobre amplifie les chances de succès et les opportunités de réussite. L’expansion mentale, les orientations philosophiques et les voyages sont favorisés. 


Les conjonctions à  la tête du Dragon (Rahu) :  du 10 au 19 octobre pour Vénus et de la fin septembre au 23 octobre pour le Soleil

De façon tangible, ces conjonctions évoquent de possibles gratifications sociales, financières ou sensuelles, mais ces cadeaux de la destinée ont un prix qui se paie en attachement, en insatiabilité et parfois en mécontentement. La destinée se fait pourtant favorable et les circonstances s’harmonisent à la poursuite de nos rêves. Mais cela ne va pas sans secrets ni arrières-pensées, sans obsessions ni anxiétés. On prend vite peur de perdre ce que l’on a obtenu. On pourra ainsi, par le biais du Soleil, de Vénus et d’Uranus jouir d’exaltations et de rencontres enrichissantes, mais on peut aussi craindre, puisque Rahu reprend ce qu’il a donné et que Ketu est lié aux épreuves, des séparations, des chutes et des déceptions. Il faut donc apprendre à jouir des bienfaits offerts sans laisser la pensée s’attacher et préparer le lit de la souffrance.  Cela s’avérera sinon facile du moins possible si l’on sait surfer sur l’opposition Mercure/Rahu à Uranus/Ketu (approximativement du 14 octobre au 5 novembre) dont il a été question dans l’astrométéo de l’automne, car l’intelligence s’élèvera pour un temps à son meilleur niveau. Le but de l’opération est de saisir la nocivité de l’attachement (Rahu), afin de percevoir la délicate fragrance d’un Ketu conjoint à Uranus, qui ne se révèle que dans le détachement et une certaine accalmie de la pensée.  Selon le cheminement de chacun cette période se révélera possiblement propice à l’accomplissement de soi car Vénus et le Soleil, sollicité par Uranus et les noeuds lunaires seront soutenue par Mercure (l’art de concevoir des rapports entre les choses), Jupiter (la philosophie et la joie d’aimer) et Mars (l’action juste). 

L’entrée de Vénus et du Soleil en Scorpion le 23 octobre

Dans ce signe la couleur de Vénus n’est plus la même, spécialement en ce qui concerne l’estime de soi : Vénus en Scorpion peine à s’aimer.  Mais le Soleil reste à ses cotés et leur trigone à Neptune, actif jusque début novembre poussera ceux qui le souhaitent à passer de la sentimentalité à l’amour, de la simple quête du plaisir et des sensations à la communion. Et au plus la traversée de la Balance se sera révélée enrichissante et harmonieuse, au plus il sera possible d’en profiter.



(1) Le Soleil et Vénus s’opposent à Uranus et se positionnent à équidistance de Mars et de Jupiter. La figure dite du cerf-volant, très visible sur la carte du ciel de la pleine Lune est ainsi dessinée. Les énergies du triangle sont drainées, cristallisées et possiblement utilisées par les deux astres. 

(2) « Nous avons bu à la mémoire du bien-Aimé un vin dont nous nous sommes enivrés avant la création de la vigne (…. )» L’Eloge du vin d’Omar Ibn al Farid






CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.